Alfred Agache (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Agache
Alfred Agache.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Maître
Genre artistique
Distinction
Œuvres principales
La Femme à l'épée (d), Portrait de femme, étude (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alfred Pierre Joseph Agache né le à Lille et mort le à Cour-sur-Loire[1], est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Agache est le fils de Donat Agache, industriel lillois. Destiné à une carrière dans l'entreprise familiale de filature de lin, il est plus intéressé par la musique. Au retour d'un voyage de plus d'un an, de 1872 à 1874, qui le mène en Égypte, en Inde et au Japon, il choisit de se tourner définitivement vers une carrière artistique[2]. Il reçoit sa formation à l’École académique de Lille sous la direction d'Henri-Eugène Pluchart (1835-1898) et d'Alphonse Colas.

Il expose à de nombreuses reprises au Salon de Paris, jusqu'à sa mort. Membre de la Société des artistes français, il obtient une médaille de troisième classe en 1885. Il est médaillé d'or à la World's Columbian Exposition de 1893 à Chicago où il envoie ses deux tableaux : Vanité et L'Annonciation.

Il a été membre de la délégation de la société nationale des beaux-arts de 1901 à 1905[3].

Entré à la commission du musée de peinture de Lille en 1892, il accepte la charge de conservateur général des musées de Lille en 1894 avant de démissionner à la fin de 1895. Il est promu officier de la Légion d'honneur en 1910.

Il est l'oncle de l'urbaniste et architecte Alfred Agache. Son frère Édouard Agache est le patron des établissements Kuhlmann au début du XXe siècle

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Au Canada
Aux États-Unis
En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte décès base leonore culture.gouv.fr.
  2. Eusébia Garit, Alfred Agache (1843-1915): un langage symbolique en marge du symbolisme, sur google livres
  3. Gaïté Dugnat, Les Catalogues des Salons de la Société Nationale Des Beaux-Arts, I (1890-1895), Dijon, L’Échelle de Jacob (ISBN 978-2-91322-409-4, OCLC 500969333).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Martin (sous la dir.), Nos peintres et sculpteurs, graveurs, dessinateurs, Flammarion, 1897, p. 11.
  • Imperia, lithographie publiée dans L'Estampe moderne, Paris, vol. III, 1899.
  • Eusébia Garit, Alfred Agache (1843-1915) : un langage symbolique en marge du symbolisme (thèse de doctorat en Histoire de l'art), Université de Lille III - Charles de Gaulle, (SUDOC 149275234).

Liens externes[modifier | modifier le code]