Alexandre Orlov (diplomate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orlov.
Alexandre Orlov
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de Russie à Monaco (d)
depuis le
Ambassadeur de Russie en France
-
Biographie
Naissance
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Ordre de l'Amitié
Ordre de Saint-Serge de Radonège, 3e classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexandre Constantinovitch Orlov (en russe : Алекса́ндр Константи́нович Орло́в), né le , est un diplomate ambassadeur de la Fédération de Russie à Paris de 2008 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Son père diplomate travaillait déjà en France, boulevard Suchet[1].

Il termine en 1971 ses études à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO), avant d'être intégré au ministère des Affaires étrangères.

De 1993 à 1998, il est ministre-conseiller à l'ambassade de la Fédération de Russie auprès de la République française. De 1998 à 2001, il est directeur du premier département européen du ministère des Affaires étrangères de Russie. Ensuite du 31 mai 2001 au 3 janvier 2007, Alexandre Orlov est représentant permanent de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Il retourne à Moscou en 2007, où il dirige le département des relations avec les sujets de la Fédération de Russie.

Ambassadeur en France[modifier | modifier le code]

Le , Alexandre Orlov est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en France et le 1er décembre suivant, il est également accrédité auprès de la Principauté de Monaco.

Le 15 octobre 2010, il donne le « coup d'envoi » du concours international d'architectes lancé pour la construction d'un nouveau centre spirituel et culturel orthodoxe russe, à Paris, à l'angle du quai Branly et de l'avenue Rapp[2].

En vue de l'élection présidentielle française de 2017, il déclare que s’il était français, il voterait « pour le parti républicain », quoiqu’il « aime bien Jean-Luc Mélenchon »[3].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Marié en secondes noces, il a deux fils et deux filles. Il parle, outre le russe, le français, l'anglais et l'italien[réf. nécessaire].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L'ambassadeur de Russie nous fait visiter la résidence de l'ambassadeur de Russie à l'hôtel d'Estrées », Figaro-Magazine, 1er février 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre de Boishue, « À Paris, un hôtel très particulier », Le Figaro Magazine, semaine du 31 janvier 2014, pages 72-76.
  2. « Un nouveau centre culturel russe en 2013 », Jean-Pierre Thiollet, France-Soir, 16 octobre 2010, http://www.francesoir.fr/actualite/societe/ile-france-un-nouveau-centre-culturel-russe-en-2013-58145.html
  3. Olivier Tallès, « Faut-il craindre une ingérence étrangère dans la présidentielle ? », sur La Croix.com, (consulté le 22 février 2017).
  4. (ru) Vladimir Poutine, « УКАЗ Президента РФ от 28.02.2008 N 263 "О НАГРАЖДЕНИИ ОРДЕНОМ ДРУЖБЫ ОРЛОВА А.К." », sur kremlin.ru,‎ (consulté le 5 juin 2015)
  5. Ordonnance Souveraine n° 5.659 du 17 décembre 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]