Alexandra Badea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandrea Badea
Naissance
Roumanie
Auteur
Langue d’écriture français, roumain
Genres

Alexandra Badea (née en ) est une écrivaine et metteuse en scène d'origine roumaine et de langues française et roumaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandra Badea vit depuis 2003 à Paris. Elle écrit dans un français très maîtrisé[1]. Elle a suivi une formation de metteur en scène à Bucarest à l'université nationale d'art théâtral et cinématographique Ion Luca Caragiale[2]. Ses premières pièces ont paru ensemble en 2008 : Contrôle d'identité, Burnout et Mode d'emploi, primée aux journées de Lyon des auteurs de théâtre de Lyon en 2008[3]. En parallèle, elle poursuit une carrière de metteur en scène, aussi bien en France qu'en Roumanie, montant par exemple en 2010 au théâtre Foarte Mic de Bucarest la pièce Google, țara mea [Google, mon pays][4]. Elle a obtenu en 2013 le Grand Prix de la littérature dramatique du Centre national du théâtre[5] pour Pulvérisés, pièce créée au Théâtre national de Strasbourg[6].

En 2018, sa pièce À la trace est mise en scène par Anne Théron à Paris au théâtre national de la Colline[7], avec les comédiennes Liza Blanchard, Judith Henry, Maryvonne Schiltz et Nathalie Richard dans les rôles principaux[8]. Le texte, publié la même année chez L'Arche Éditeur[9], explore les relations filiales entre mères et filles et la restauration de la mémoire d'une histoire féminine perdue[10].

En 2018, Alexandra Badea publie aux éditions de l'Arche le premier volet d'une trilogie, intitulé : Points de non-retour [Thiaroye]. Le texte, qui raconte le massacre de soldats originaires des colonies et d’Afrique du Nord par l’armée française le 1er décembre 1944, fait l'objet d'une mise en scène, en septembre de la même année, au théâtre national de la Colline. L'auteure dit vouloir « se demander ensemble quelles sont les parties de notre histoire qu’on ne connaît pas, qu’on ne comprend pas, qu’on n’a pas le courage de nommer ». Dans sa note d’intention, citée par Pierre Monastier, elle explicite ces points de non-retour : « qui on était (pendant l’enfance, l’adolescence), qu’est-ce qu’on a fait de nous (par l’éducation, les traumatismes familiaux, de l’école, de la société, de l’Histoire) et qu’est-ce qu’on peut faire à partir de ce qu’on a fait de nous. Nous interroger sur la manière dont les blessures des autres peuvent apaiser nos blessures et inversement, trouver nos blessures communes, les endroits de trahison, de mensonge, de désillusion. [...] Y a-t-il des générations sacrifiées par l’Histoire ? Vient-on au monde avec les blessures de nos aïeux ? Comment les soigne-t-on, comment les transmet-on ? À quels endroits le politique détruit l’intime et comment peut-on reconstruire ce qui a été détruit ?[11] »

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Contrôle d'identité : Mode d'emploi : Burnout, L'Arche éditeur
  • 2012 : Pulvérisés, L'Arche éditeur
  • 2015 : Je te regarde ; Europe connexion ; Extrêmophile, L'Arche éditeur
  • 2018 : À la trace ; Celle qui regarde le monde, L'Arche éditeur
  • 2018 : Points de non-retour [Thiaroye], L'Arche éditeur

Roman[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Zone d'amour prioritaire, L'Arche éditeur

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Monde qui nous perd, court-métrage, 2015

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Salino, « L'aliénation au travail en quatre portraits croisés », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  2. France Culture, Changement de décor, émission radiophonique du 2 février 2014
  3. Laurence Cazaux, « Contrôle d'identité : Mode d'emploi : Burnout », Le Matricule des anges, no 108,‎ (lire en ligne).
  4. (ro) Robert Balan, « Alexandra Badea, între Franţa şi România », România liberă,‎ (lire en ligne).
  5. (ro) Oana Stoica, « Mondializare şi individualism », Dilema Veche, no 552,‎ (lire en ligne).
  6. Hugues Le Tanneur, « Pulvérisés, dans le vertige de la mondialisation », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  7. « À la trace | La Colline - théâtre national », La Colline - théâtre national,‎ (lire en ligne)
  8. Fabienne Darge, « « A la trace » : derrière les visages d’Anna, un secret de famille », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « L’Arche Editeur - Agence - Répertoire des pièces », sur www.arche-editeur.com (consulté le 8 septembre 2018)
  10. « Anne Théron met en scène A la trace d'Alexandra Badea », Sceneweb,‎ (lire en ligne)
  11. Pierre Monastier, « "Points de non-retour [Thiaroye]" : Alexandra Badea rend justice du haut de sa Colline », sur Profession Spectacle, (consulté le 16 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]