Akademik Lomonosov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Akademik Lomonosov
Image illustrative de l’article Akademik Lomonosov
Akademik Lomonosov en cours de transport depuis Mourmansk (23 août 2019).
Type Centrale nucléaire flottante russe
Histoire
Lancement 2019
Caractéristiques techniques
Longueur 144.4 m
Maître-bau 30 m
Tirant d'eau 5,6 m
Déplacement 21 500 tonnes

L'Akademik Lomonosov (en russe : Академик Ломоносов) est, en 2019, la première centrale nucléaire flottante russe en exploitation, équipée de deux réacteurs de 35 MW chacun. Le navire est nommé d'après l'académicien Mikhaïl Lomonossov. Sa mise en service complète a été réalisée en , après une mise en service partielle en décembre 2019.

Construction et opérations[modifier | modifier le code]

Maquette présentée en 2008 de l'Akademik Lomonosov.

Construction[modifier | modifier le code]

Le navire a été construit par le Chantier naval de la Baltique à Saint-Pétersbourg en 2006, puis chargé en combustible en 2019 à Mourmansk[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le navire mesure 144 mètres de long et 30 mètres de large[1],[2] et embarque un équipage d'environ 70 personnes[3]. Il est dépourvu de moteur et ne peut donc se déplacer par lui même[4].

La centrale a une puissance électrique de 70 MW[5] grâce à ses deux réacteurs à eau pressurisée de type KLT-40S de 35 MW chacun[6] (30 MWnet[7],[8]) qui utilisent un combustible nucléaire avec l'uranium faiblement enrichi. Cette centrale génère suffisamment de puissance pour alimenter une ville de 100 000 habitants et permet d'éviter l'émission de 50 000 tonnes de CO2 chaque année[4].

C'est la première centrale commerciale flottante raccordée au réseau électrique[1].

Activités[modifier | modifier le code]

Du au , la barge a fait 5 000 kilomètres pour rejoindre par la mer la ville reculée de Pevek, en Sibérie, où elle a été raccordée au réseau électrique en [1],[9],[10].

En , Rosatom annonce la mise en service complète de la centrale, qui a déjà produit plus de 47 GWh depuis sa mise en service partielle en . Rosatom la considère comme un projet pilote, qui a certes « coûté cher après de nombreuses études et essais techniques, mais à terme, la production en série permettra de baisser les coûts et de vendre à l'export »[6].

Projets[modifier | modifier le code]

La centrale a permis de relancer les activités minières de la région de la Tchoukotka. Pour les alimenter en énergie, quatre autres barges flottantes similaires doivent suivre le long de la côte de Tchoukotka. Selon Rosatom, cette première réalisation de SMR est suivie de près par une dizaine de clients potentiels : pays d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique, avec des territoires insulaires et littoraux isolés. Une nouvelle génération, à la fois plus petite et plus puissante, est à l'étude[11].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le constructeur Rosatom assure que des marges de sécurité importantes ont été prises afin d’éviter tout accident nucléaire notamment vis-a-vis des risques de tsunamis et autres catastrophes naturelles et que la centrale respecte tous les prérequis demandés par l’AIEA[12]. Bien que l'« Akademik Lomonosov » soit un projet unique en son genre, sa conception est basée sur le retour d'expérience de plus de 400 années-réacteurs d'exploitation de réacteurs similaires qui équipent les brise-glaces russes à propulsion nucléaire[réf. souhaitée].

Inquiétudes et critiques[modifier | modifier le code]

Cependant, Greenpeace la qualifie de « Tchernobyl flottant »[13] et demande comment elle réagirait en cas de tsunami[5]. La Bellona Foundation a publié un rapport expliquant pourquoi l'idée d'une centrale flottante serait, selon elle, une très mauvaise idée[14].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Vidéo. Pourquoi la Russie construit une centrale nucléaire flottante », Le Monde,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le )
  2. « Une inquiétante centrale nucléaire flottante dans l'Arctique russe », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  3. (en) Nuclear Threat Initiative, « Akademik Lomonosov »
  4. a et b « Centrale nucléaire flottante russe dans l'Arctique: tout savoir sur le "Tchernobyl sur glace" en quatre questions », sur RTBF Info, (consulté le )
  5. a et b (en-US) Andrew E. Kramer, « The Nuclear Power Plant of the Future May Be Floating Near Russia », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b La première centrale nucléaire flottante entre en service à l'extrême Est de la Russie, Les Échos, 26 mai 2020.
  7. AKADEMIK LOMONOSOV-1 PRIS AIEA, 21 septembre 2020
  8. AKADEMIK LOMONOSOV-2 PRIS AIEA, 21 septembre 2020
  9. La centrale nucléaire flottante russe est arrivée dans l'Arctique, Les Échos, 15 septembre 2019.
  10. Russia connects floating plant to grid, wna, 19 décembre 2019, consulté le 09 janvier 2020
  11. Voyage à bord de la première centrale nucléaire flottante au monde, Les Échos, 10 janvier 2022.
  12. On a visité la première centrale nucléaire flottante au monde, Aurélie Barbaux, L’Usine Nouvelle, 26 juin 2019, consulté 06 janvier 2020
  13. (en) Thomas Barnes, « Russia's floating 'nuclear Titanic' sets sail on first controversial voyage », sur independent.co.uk, (consulté le )
  14. (en-US) « Rosatom says it’s hitting schedule targets in prepping its floating nuclear plant », sur Bellona.org, (consulté le )