Innocuité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Certains produits, notamment, les pesticides ne présentent pas toutes les garantie d'innocuité pour l'être humain

L'innocuité définit la qualité d'un objet, d'un organisme, d'une substance, qui n'est pas toxique et plus largement, inoffensif pour l'être humain ou l'animal. Ce terme s'oppose aux notions de nocivité et de toxicité.

Définition et étymologie[modifier | modifier le code]

Le site du CNTRL présente ce terme comme définissant « la qualité de ce qui n'est pas nuisible »[1], le site du dictionnaire Larousse, précise que ce mot définit « ce qui n'est pas toxique » ou « nocif »[2].

Au-delà de l'aspect scientifique et par extension, ce terme, utilisée dans une approche littéraire, désigne également la qualité d'une personne ne causant aucun dommage à autrui et qui, par conséquent, est parfaitement inoffensive[3].

Ce terme dérive du latin « Innocuus» qui signifie « qui n’est pas nuisible », la racine « noc », correspondant à l'idée de nuisance qui se retrouve dans les mots « innocent », « nocivité » et « nuisance », mais pas dans le terme « inoculer » qui a une origine différente[4].

Innocuité des aliments[modifier | modifier le code]

Le siège de l'AESA à Parme.

L'innocuité des aliments (« food safety », en anglais) est une situation qui, en vertu de mesures appropriées, permet aux aliments consommées par la population humaine ou animale de ne présenter aucun risque sanitaire[5].

La présomption d’innocuité reconnue (QPS)[modifier | modifier le code]

Selon le site de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA), La présomption d’innocuité reconnue (QPS) se définit comme une « présomption fondée sur des preuves raisonnables » en lien avec la recherche sur les dangers biologiques (BIOHAZ).

À la suite de l'identification et de l'évaluation d'un groupe de micro-organismes, lorsque des experts concluent que ceux-ci n'entraînent pas de problèmes en matière de sécurité, le groupe dans son ensemble se voit accorder le « statut QPS ». Une fois que l'AESA a accordé officiellement le statut QPS à un micro-organisme, ce dernier est inscrit dans la liste des agents biologiques dite « liste QPS ». Cette liste est actualisée tous les trois ans[6].

Innocuité des aliments et approche HACCP[modifier | modifier le code]

L'approche HACCP, système de gestion également utilisée pour évaluer l'innocuité des aliments, consiste à effectuer une série de contrôles sur les points critiques de la chaîne alimentaire. Ce système permet de faciliter l'inspection par les autorités compétentes dans le contrôle des aliments en renforçant la confiance du consommateur dans l'innocuité des aliments[7].

Innocuité des médicaments[modifier | modifier le code]

En 2007, L’OMS souligne la nécessité de veiller à l’innocuité des médicaments destinés à l'enfant et que des essais cliniques doivent être effectués pour les populations en tenant compte de leur âge et d'autres facteurs. Dans un communiqué, l'OMS précise que l'organisation s’attache à « promouvoir l’innocuité des médicaments dans le cadre de son Programme international de pharmacovigilance établi en 1968 »[8].

La Direction des produits de santé commercialisés (DPSC) est un organisme canadien ayant comme mission de surveiller l'innocuité et l'efficacité des produits de santé en vente dans ce pays.

Innocuité des vaccins[modifier | modifier le code]

Campagne de vaccination aux États-Unis.

L'innocuité des vaccins est généralement liée aux réactions de l'organisme de la personne vaccinée, dénommée sous les termes d'« effets indésirables » ou « complications ». Les effets indésirables du BCG, par exemple, sont habituellement localisés bénins et ne nécessitent pas de traitement[9].

L'innocuité de certains vaccins ont fait l'objet de communications publiques de l'OMS, notamment à propos des vaccins contre l’encéphalite japonaise en juin 2013[10], des vaccins antivarioliques en janvier 2016[11], et du vaccin contre le HCV (papillomavirus) en juin 2017[12].

En France, L'INSERM a publié un communiqué à la fin de l'année 2017 afin d'informer le public sur l'efficacité et innocuité pour les enfants des onze vaccins obligatoires en France à partir de 2018[13].

Innocuité des adjuvants[modifier | modifier le code]

La plupart des adjuvants immunologiques classiques (notamment le phosphate de calcium) ne pose aucun problème à ce niveau. Hors de cet usage, le mécanisme d’action des adjuvants aluminiques a soulevé de nombreuses questions et interrogations, notamment dans le grand public. En mars 2016, l’académie nationale de pharmacie, en France, publie un rapport qui conclut à l’absence de lien de causalité entre les adjuvants aluminiques et la survenue de symptômes[14].

Innocuité des déodorants[modifier | modifier le code]

De nombreuses enquêtes dans la presse mais également des études indépendantes semblent indiquer que certains déodorants utilisant des sels d'aluminium ne présentent pas toutes les garanties prouvant leur innocuité[15].

Innocuité des ondes électromagnétiques[modifier | modifier le code]

Antenne-relais à La Réunion.

Dans de nombreux pays, l'usage des ondes électromagnétiques est au cœur d’un débat et de nombreuses controverses en ce qui concerne leur possible danger pour la santé des usagers de téléphone mobile et des riverains d'antenne relais. Des groupes de chercheurs internationaux ont publié des rapports indiquant des effets néfastes sur les citoyens, bien que la majorité des spécialistes semblent admettre que les ondes électromagnétiques n’ont pas d’impact sur la santé des usagers au niveau de l'usage à court terme, insistant cependant sur le manque d'études quant à leurs effets sur le long terme[16].

Innocuité des pesticides[modifier | modifier le code]

De nombreux pesticides sont classés CMR (Cancérogène, mutagène et reprotoxique) et donc toxique pour l’ADN ou reprotoxiques (nocifs pour la fertilité) et certaines de ces substances chimiques sont évoquées dans l'éventuelle apparition de nouvelle maladies en lien avec le dérèglement du système hormonal[17].

Innocuité des OGM[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, une étude (dite méta-analyse) publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology et coordonnée par Agnès Ricroch, scientifique à AgroParisTech, avance que les plantes OGM commercialisées ne présentent pas de risque pour la santé, mais elle a été fortement contestée par d'autres spécialistes[18]. Les controverses qui s'expriment à l'égard des « OGM » portent essentiellement sur ceux qui relèvent de la définition « restrictive », soit ceux obtenus par génie génétique.

Innocuité des matières plastiques[modifier | modifier le code]

L'usage de la matière plastique dans les ustensiles et les objets contenant des produits alimentaires entraînent des questions au niveau scientifique quant à son éventuel nocivité.

Certaines familles d’agents chimiques (dont le bisphénol A) sont utilisées dans la fabrication de plusieurs plastiques et présentent une configuration voisine de celle des hormones. Ceux-ci peuvent interagir avec le récepteur de certaines d’entre elles entraînant une activité hormonomimétique. Ces produits sont alors qualifiés sous le terme de « perturbateurs endocriniens », ceux-ci répondant en tant qu'« altéragène biologique, physique ou chimique » à la définition normalisée du mot « polluant » retenue par l'AFNOR en France[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNTRL, fiche sur le mot "Innocuité", consulté le 9 mai 2020
  2. Site larousse.fr, page de définition du mot "innocuité", consulté le 9 mai 2020.
  3. Site lalanguefrancaise.com, définition de l'innocuité, consulté le 9 mai 2020.
  4. Site lettres.tice.ac-orleans-tours.fr, étymologie du mot nocif, consulté le 10 mai 2020.
  5. Site notre-planete.info, page de définition du terme "Innocuité des aliments", consulté le 9 mai 2020.
  6. Site efsa.europa.eu, page sur la présomption d’innocuité reconnue (QPS), consulté le 9 mai 2020.
  7. Sire fao.org, page "Innocuité des aliments grâce au système HACCP", consulté le 13 mai 2020.
  8. Site who.int, article "L’OMS souligne la nécessité de veiller à l’innocuité des médicaments destinés à l'enfant", consulté le 9 mai 2020.
  9. Vaccination par le BCG, Direction générale de la santé, Bureau Risques infectieux et politique vaccinale.
  10. Site who.int, article "Profil d’innocuité des vaccins contre l’encéphalite japonaise", consulté le 9 mai 2020
  11. Site Site who.int, article, article "Innocuité des vaccins antivarioliques", consulté le 9 mai 2020
  12. Site who.int, page "Le point sur l’innocuité des vaccins contre le HPV", consulté le 9 mai 2020.
  13. Site santemagazine.fr, article "Vaccins : l'Inserm confirme leur efficacité et innocuité pour les enfants", consulté le 5 mai 2020.
  14. Site sante.lefigaro.fr, article "Vaccins: des accusations peu solides contre l’aluminium", consulté le 9 mai 2020.
  15. Site science-et-vie.com, article "Court-on un risque à utiliser un déodorant?", consulté le 9 mai 2020
  16. [1] Site hal.univ-lorraine.fr, article de Nicolas Kuban "Les ondes électromagnétiques : innocuité ou réel danger pour la santé ?", consulté le 9 mai 2020.
  17. Site lemonde.fr, article d'Angela Bolis "Tout ce qu’il faut savoir sur les pesticides, consulté le 9 mai 2020.
  18. Site sciencesetavenir.fr, article d'Olivier Hertel "Comment une étude a-t-elle conclu à l'innocuité des OGM pour les animaux?", consulté le 9 mai 2020
  19. Site leparticulier.lefigaro.fr, article "Bisphénol A, phtalates et autres plastifiants: les plastiques alimentaires sont-ils dangereux", consulté le 10 mai 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]