Agnès Ire de Nevers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Agnès II de Nevers.
Agnès Ire de Nevers
Titre comtesse de Nevers, d'Auxerre (1181-1193) et de Tonnerre (1191-1193)
Prédécesseur Guillaume V de Nevers († 1181)
Successeur Mathilde de Courtenay (1188-1257)
Biographie
Naissance
Décès 2 ou 6 fév. 1193 (22 ans)
Mailly
Père Guy de Nevers (1131-1176)
Mère Mathilde de Bourgogne (1150-1192)
Conjoint Pierre II de Courtenay
Enfants Mathilde de Courtenay (1188-1257)
Famille Maison de Nevers

Image illustrative de l'article Agnès Ire de Nevers

Agnès Ire, née en 1170, morte en 1193 à Mailly, est comtesse de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre (1181-1193).

Elle est la fille de Guy, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, et de Mathilde de Bourgogne, dame de Montpensier. Elle fait partie de la Maison de Nevers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère Mathilde de Bourgogne (1150-1192) est de la lignée capétienne des ducs de Bourgogne[1].

Elle a pour frère Guillaume V de Nevers († 1181), qui hérite des comtés de Nevers et d'Auxerre (le comté de Tonnerre reste à sa mère Mathilde) à la mort de son père en 1176 et meurt en 1181.

Son père meurt alors qu'elle n'a que 6 ans. Agnès et son frère deviennent alors pupilles du roi[2].

Héritant des comtés de Nevers et d'Auxerre à l'âge de 10 ans suite à la mort de son frère Guillaume V en 1181, elle est d'abord fiancée à Olivier « Albus », seigneur de Grignon († 1181/84). Olivier mort, le roi Philippe Auguste arrange son mariage en 1184 - elle a 14 ans - avec Pierre II de Courtenay.

Fondations religieuses, actes[modifier | modifier le code]

En 1185 Agnès et son mari Pierre confirment par charte les privilèges de l'église Saint-Étienne de Nevers, et le 10 juin 1190 ils renoncent par charte à leurs droits héréditaires en faveur de Saint-Cyr.

En 1191 ils achètent Tonnerre de Mathilde de Bourgogne la mère d'Agnès[1].

Mort[modifier | modifier le code]

Elle meurt le 2 ou 6 février 1193[3] à l'âge de 22 ans, pendant que son mari combat en Terre Sainte avec la troisième croisade, laissant une fille, Mathilde (1188 † 1257), comtesse de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, qui sera mariée en 1199 à Hervé IV de Donzy († 1222), puis en 1226 à Guigues IV de Forez († 1241).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Charles Cawley, « Chapter 2 - Latin emperors of Constantinople (seigneurs de Courtenay), 1216-1261 », Constantinople, Latin Empire, sur Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 2 septembre 2017) :

    « Pierre de Courtenay, son of Pierre de France […] m(arried) firstly (1184) Agnès Ctss de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, daughter of Guy [I], comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre & his wife Mathilde de Bourgogne Dame de Montpensier. [Capet] ([1170]-[Mailly] 2 or 6 Feb 1193). The Chronologia Roberti Altissiodorenses records that "Philippus Rex" arranged the marriage of "Guidonis Comitis filiam" and "Petro patrueli suo", and installed him as Comte de Nevers […]
    Trad. : Pierre II de Courtenay, fils de Pierre de France (lui-même 6e fils de Louis le Gros) […] épousa en premier Agnès, comtesse de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, fille de Guy, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre & de sa femme Mathilde de Bourgogne Dame de Montpensier [Capet] ([1170]-[Mailly] 2 or 6 fév. 1193). La Chronologia Roberti Altissiodorenses note que "Philippus Rex" arrangea le mariage de "Guidonis Comitis filiam" et "Petro patrueli suo" (Pierre son père), et l'installa comme Comte de Nevers […] »

    .
  2. (en) Charles Cawley, « Nevers, chap. 1-Comtes de Nevers, section A-Comtes de Nevers 990-1181 », Burgundy duchy, sur Medlands - Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 4 septembre 2017) :

    « The Chronologia Roberti Altissiodorenses records that "Guido comes" left two children by his wife "Mathildis", stating that they became wards of the king after their father died. » (Trad. : « La Chronologia Roberti Altissiodorenses note que "Guido comes" laissa deux enfants par sa femme "Mathildis", affirmant qu'ils devinrent pupilles du roi après la mort de leur père.) »

  3. Obituaires de Sens Tome I. 1, Abbaye de Saint-Denis, p. 309. Cité dans Chapter 2 - Latin emperors of Constantinople (seigneurs de Courtenay), 1216-1261, page « Constantinople, Latin Empire », sur Foundation for Medieval Genealogy.