Agnès Helmstetter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agnès Helmstetter
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Chercheur des établissements publics scientifiques et technologiques français
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Distinction

Agnès Helmstetter, née le , est une chercheuse française en géophysique. Agnès Helmstetter passe un DEA puis une thèse en géophysique suivie d’un post-doc aux États-Unis[1]. En 2005, elle devient chargée de recherche CNRS à l'Institut des sciences de la Terre de Grenoble[2]. En 2011, elle reçoit la Médaille de bronze du CNRS.

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Agnès Helmstetter étudie les mécanismes de déclenchement des séismes et leurs aléas. Elle travaille sur [2]:

  • les glissements de terrain (surveillance sismique de plusieurs sites: Séchilienne, la Clapière, et Super Sauze)
  • les glaciers (surveillance sismique)
  • la sismicité induite (surveillance sismique d'une carrière de ciment s’est en partie effondrée en 2011 à Saint Martin le Vinoux)
  • les déformations asismiques
  • la rupture sismique

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CNRS Médaille de bronze 2011 », sur https://www.cnrs.fr/
  2. a et b Institut des sciences de la Terre, « Fiche d'Agnès Helmstetter », sur http://isterre.fr (consulté le 5 février 2014)
  3. CNRS, « Médailles de bronze - Les lauréats 2011 », sur http://www.cnrs.fr, (consulté le 5 février 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]