Abraham Gagnebin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abraham Gagnebin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
La FerrièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
GagnebinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Daniel Gagnebin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Abraham Gagnebin, né à Renan le et décédé à La Ferrière le , est un médecin et naturaliste suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a effectué ses études de médecine à l'Université de Bâle de 1721 à 1725. Il passe ensuite quelques années à La Ferrière, puis passe six ans comme médecin dans un régiment de mercenaires au service de la France, de 1728 à 1734[1]. Il en profite pour enrichir sa collection botanique[1].

En 1735, il revient à La Ferrière où il exerce comme médecin[1]. Il consacre également son temps à sa passion des sciences[1]. À la fois chirurgien, botaniste, géologue et météorologue, il est en contact avec de grands savants — Jussieu, Réaumur, Albrecht von Haller — et consacre son temps à la botanique, à la minéralogie, à la zoologie. En 1765, il accueille Jean-Jacques Rousseau, exilé à l’île Saint-Pierre, pour une excursion botanique à La Ferrière[1].

Il écrit quelques ouvrages parmi lesquels un catalogue des plantes du comté de Neuchâtel et de l’Évêché de Bâle et collabore à diverses publications scientifiques. Il a utilisé la taxonomie binominale de Carl von Linné, son contemporain[1].

Avec son frère Daniel, il aménage un cabinet de curiosités dans sa maison de La Ferrière[1]. On y voit des minéraux, des coquillages, des insectes, des animaux empaillés, des herbiers et des curiosités pour l’époque : une défense d’éléphant, une mâchoire de loup, un veau marin, un fragment de momie… La pièce de choix, c’est une étoile de mer trouvée à La Ferrière, seul exemplaire du genre alors découvert en Europe, et qui porte le nom d’Ophiura gagnebini.

À sa mort, le , Abraham Gagnebin a acquis une grande renommée scientifique. La maison où il a résidé toute sa vie existe aujourd’hui encore à La Ferrière. Une plaque commémorative rappelle les mérites du savant et de son frère, qui a partagé la même passion des sciences naturelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Marcel Jacquat, « Gagnebin, Abraham » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Gagnebin est l’abréviation botanique standard de Abraham Gagnebin.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI