Albrecht von Haller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haller.
Albrecht von Haller

Albrecht von Haller ou Albert de Haller[1] (né Haller, le à Berne, mort le à Berne) était un médecin, scientifique, naturaliste, penseur et critique littéraire suisse, dont les travaux dans le domaine de l’anatomie, de la physiologie, de la connaissance des plantes et de la bibliographie ont fait référence pendant plusieurs siècles. Il est également reconnu comme poète, critique de littérature du siècle des Lumières et défenseur d'une foi chrétienne fondée sur la raison. Son œuvre littéraire principale, un recueil de poésies à la gloire de la beauté des Alpes et de la simplicité de la vie des montagnards (Die Alpen) a eu un important retentissement sur la littérature lyrique allemande et sur l'essor du tourisme alpin en Suisse. Haller, dont le champ d’intérêt était très vaste, a laissé un travail monumental, il est considéré comme le dernier génie universel, père de la physiologie moderne, inspirateur du tourisme alpin et une des personnalités le plus respectées de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 1723, Haller a étudié les sciences naturelles et la médecine à Tübingen puis à partir de 1725 à l'université de Leyde, chez le professeur Herman Boerhaave, où il défend sa thèse en 1727, et où il a fait la connaissance de Johannes Gessner. Ensuite il a complété sa formation en Angleterre et en France où il a retrouvé Gessner à Paris. Durant l’hiver 1727-1728 ils ont fait des études en anatomie et suivi un enseignement en chirurgie dans des écoles et des hôpitaux réputés. En 1728 ils ont tous deux suivi les cours de mathématiques de Jean Bernoulli à l'université de Bâle et ont fait ensemble un voyage en Suisse qui est devenu célèbre par le poème Die Alpen de Haller. Durant l’hiver 1728-1729 Haller a remplacé le professeur d’anatomie J.R. Mieg, tombé malade, puis il s’est, encore en 1729, établi à Berne comme médecin. Il postula en vain pour une place de médecin de la ville et pour une chaire d'éloquence (1734), mais fut nommé bibliothécaire de la ville de Berne en 1735. Également en 1735, il a pu obtenir des autorités bernoises la création d’un théâtre anatomique pour le perfectionnement de ses confrères.

En 1736, il a quitté Berne pour Göttingen, où il perd son épouse dans un accident calèche. Il y a créé l'institut d'anatomie et le jardin botanique, et ouvert la première clinique d'obstétrique d'Allemagne. A la chaire d’anatomie, de chirurgie et de botanique jusqu'en 1753, il joua un rôle déterminant dans la fondation Société royale des Sciences. Il a été nommé docteur honoris causa et médecin de la cour d’Angleterre. Haller est invité à s’installer à Utrecht et à Oxford mais ne donna pas suite à ces demandes. Avec l'appui de l'avoyer Isaak Steiger, il fut admis en 1745 au Grand Conseil, bien qu'absent. En 1747, il refusa à nouveau un poste à Berlin, et reprit la direction de la Göttingischen Zeitungen von gelehrten Anzeigen, y publiant plus 900 articles, l'élevant au rang de journal scientifique de renommée internationale.

Le 23 avril 1749 il a été anobli par l’empereur François Ier. En 1753 Haller a obtenu la charge d’amman de la municipalité (Rathausammann) (jusqu'en 1757) et sur cela il est retourné à Berne avec sa famille. Il était également président de la Société économique et cofondateur de l'orphelinat. Il fut directeur des salines à Roche (Vaud) de 1758 à 1764 et vice-gouverneur d'Aigle en 1762-1763 d'où il s'intéressera à la botanique du vallon de Nant[2]. Il acquiert en 1764 la seigneurie de Goumoens-le-Jux avec le village d'Éclagnens et prend le nom de H. de Goumoens avant de repartir vivre à Berne. Il s’est 9 fois présenté aux élections pour le Petit Conseil, sans succès. Quand en 1769, il a une nouvelle fois été appelé à Göttingen, cette fois-ci pour le poste de chancelier, la ville de Berne l’a exceptionnellement nommé Assessor perpetuus du conseil sanitaire et le revenu annuel de 400 couronnes a finalement incité Haller à refuser le poste à Göttingen. Sa famille se serait vivement opposé à son départ. Ses dernières années ont été marquées par la maladie.

Importance pour la médecine et la littérature[modifier | modifier le code]

L’importance de Haller pour l’histoire de la médecine est avant tout à chercher dans le rôle qu’il a joué en anatomie. Par la préparation d’environ quatre cents cadavres il a réussi à décrire le réseau artériel du corps humain. Il consacra d'autres études à la circulation sanguine et au développement de l'embryon (formation du cœur et des os, apparition de malformations). De nombreux essais sur des animaux lui permirent d'attribuer la sensibilité aux nerfs et l'irritabilité aux muscles, ce qui constituait une avancée majeur dans un domaine très controversé à l'époque. Par son approche systématique et ses hypothèses, il a établi la physiologie comme une science et est considéré comme le père de la physiologie moderne.

Elementa physiologiae corporis humani t. VIII

Dans son ouvrage monumental Elementa physiologiae corporis humani (1757-1766), qui a connu des rééditions jusque dans le XXe siècle, Haller donne une vue d’ensemble critique du savoir anatomique et physiologique de son époque. Pour l’Institut d’Yverdon et le Supplément de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, Haller a rédigé environ 200 entrées concernant l’anatomie et la physiologie. Haller a également établi quatre Bibliothecae (1771-1788), répertoires critiques de toute la littérature médicale, depuis ses origines.

Face à cela, son œuvre poétique semble mince, mais elle a joué un rôle déterminant dans la formation du lyrisme allemand. On lui doit trois romans Usong, Alfred, Fabius und Cato, un recueil de poésie Versuch Schweizerischer Gedichten, publié pour la première fois en 1732, qui marque les début de la littérature suisse. Dans ce recueil figure le célèbre poème Die Alpen, daté (par Haller lui-même) de 1729 et qui fait de Haller le créateur de la Suisse mythique. Ses textes sur les questions principales de la religion, de l’éthique et de la métaphysique (Über den Ursprung des Übels, 1734 et Unvollkommenes Gedicht über die Ewigkeit, 1736) avait un caractère de modèle au Siècle des Lumières.

Dans ses vieux jours, Haller a écrit trois romans politiques dans lesquels il a exposé des modèles de formes d’État inspirés de l'Histoire : l'absolutisme éclairé dans Usong, histoire orientale, 1771 ; la monarchie constitutionnelle, dans Alfred, roi des anglo-saxons, 1773 ; la république oligarchique et aristocratique dans Fabius et Caton, fragments de l'histoire romaine, 1774.

Haller s'était constitué une des plus importantes bibliothèques d'Europe, comprenant 23 000 ouvrages, essentiellement dans les domaines des sciences médicales et naturelles. Il a rédigé tant de publications et lu tant d'ouvrages, que la fama voulait qu’il ait même lu à cheval.

Haller parmi ses contemporains[modifier | modifier le code]

Buste d'Albrecht von Haller dans le jardin botanique de Göttingen.

Haller était à son époque le disciple le plus reconnu de l'école Herman Boerhaave (1668-1738) qui était considéré par l'Encyclopédie comme « le plus grand théoricien que nous ayons jamais eu » sur la base de « ses Institutions de médecine, dont le docteur Haller a enrichi le commentaire d'un nombre infini d'observations » (article Physiologie, t. XII, p. 538).

Il partagea sa vie entre Göttingen où il fut président du collège des chirurgiens de la Société royale de la ville et professeur à l'université fondée par Frédéric II de 1736 à 1753, et Berne où il était membre du Conseil de la ville, capitaine provincial du canton, et où il finit sa vie.

Extrêmement respecté, il est le fils spiritualiste de Boerhaave et grand penseur de la physiologie qu'il définit lui-même comme « la description des événements qui agitent la machine animée », c'est-à-dire sans l'aspect de la fonction qui ne se déduit que comme conséquence de la connaissance anatomique exacte.

Haller était un homme de foi de confession protestante d'une grande probité intellectuelle et d'une humilité qui contrastait avec sa renommée et les nombreux honneurs que lui valaient sa science et son envergure intellectuelle. Il lisait la bible en latin, en grec et en hébreux, et en tirait des analyses par lesquelles il s'opposait à ceux qui relevaient des contradictions dans la foi chrétienne. Notamment, il s'opposa de façon méthodique et assez virulente aux attaques de Voltaire contre la Révélation et la foi chrétienne, démontrant les erreurs et le manque de rigueur intellectuelle du philosophe français dans un ouvrage critique (Lettres de feu M. de Haller contre Voltaire, 1780, traduction posthume).

Jean-Jacques Rousseau, qui se passionnait pour la botanique, étudia avec un élève puis avec un collaborateur de Haller (Jean-Antoine d'Ivernois et Abraham Gagnebin), entre 1763 et 1765. Son exemplaire de Description de la flore alpine suisse de Haller est conservé à la Lindley Library, Royal Horticultural Society, Londres. Haller s'opposait aux idées politiques de Rousseau.

On trouves des éléments de la pensée de Haller dans la philosophie de Kant, celui-ci manifestait son admiration pour le poète Haller en citant ses poésies. Schiller et d'autres auteurs a été inspiré des œuvres poétiques de Haller.

En parallèle de ses recherches, de son enseignement qui attirait les médecins de toute l'Europe, de son importante activité de publication, Haller entretenait une riche correspondance avec des auteurs et des scientifiques de toute l'Europe. On compte une correspondance de 16'981 lettres, pour la plus grande part des courriers adressés à lui de la part de 1'139 correspondants.

Termes d’anatomie qui remontent à A. v. Haller[modifier | modifier le code]

  • Tripus Halleri : La séparation du Truncus coeliacus dans ses trois branches : A. hepatica communis, A. splenica (seu lienalis), A. gastrica sinistra.
  • Ansa Halleri : Anastomose du Nervus glossopharyngeus avec le Nervus facialis.
  • Ansa Haller - Sappey : Anastomose du Nervus glossopharyngeus avec le Ramus auricularis du Nervus vagus pour l’innervation de l’oreille extérieure.
  • Arcus lumbocostalis medialis et lateralis seu Ligamentum arcuatum internum et externum diaphragmatis Halleri : Le Ligamentum arcuatum mediale et le Ligamentum arcuatum laterale, qui forment ensemble la Crus laterale de la Pars lumbalis du diaphragme.
  • A. abdominalis subcutanea von Haller : Appelée aujourd’hui A. epigastrica superficialis.
  • A. alaris Halleri seu alaris glandulosa axillaris seu alaris thoracica : Branche d’artère pour la peau et les ganglions des aisselles. Elle n’est plus mentionnée dans les livres d’anatomie modernes et doit être une branche de l’A. thoracica superior ou de l’A. thoracica lateralis qui n’a aujourd’hui plus de nom spécifique.
  • Circulus callosus Halleri : L’Anulus fibrosus cordis entre l’oreillette droite et le ventricule droit du cœur où est fixée la valve tricuspide.
  • Circulus venosus mamillae Halleri : le réseau de veines autour du mamelon.
  • Coni vasculosi Halleri : Par là Haller n’entend non seulement les Coni vasculosi sensu strictu mais tous les tubes des testicules.
  • Fretum Halleri : Le passage étroit entre le cœur embryonal et le Bulbus aortae, où se forme par la suite les poches des valves aortiques.
  • Glandulae Halleri : Follicules de lymphe isolés dans les intestins.
  • Habenula Halleri : Le Processus vaginalis rudimentaire du péritoine.
  • Ligamentum colicum Halleri : La partie droite du Ligamentum gastrocolicum, donc une partie de l’Omentum majus.
  • Pons hepaticus Halleri : Un lien en tissu du foie (qui n’a pas de fonction) au bout du Ligamentum teres hepatis.
  • Rete vasculosum testis (v. Haller) : Le Rete testis dans le Mediastinum testis (testicules).
  • Taenia semicircularis thalami (v. Haller) : Une couche dans le Corpus geniculatum laterale du cerveau intermédiaire.
  • Vasa aberrantia Halleri : Nom pour les Ductuli efferentes, qui persistent comme passages urinaires mais qui ne sont pas raccordés au Ductus mesonephricus.
  • Velum plexus chorioidei interpositum Halleri : La Tela chorioidea dans le troisième ventricule du cerveau intermédiaire.
  • Haller Hernie : Hernia vaginalis. Hernie très rare Hernie à travers le Diaphragma pelvis.

Autre[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvre scientifique[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire et critique[modifier | modifier le code]

  • Versuch Schweizerischer Gedichten (!), Bern 1732 (contient entre autres le poème Die Alpen de 1729) ; Zweyte, vermehrte und veränderte Auflage u.d.T. Versuch von Schweizerischen Gedichten von 1734 (contient entre autres les poèmes Über den Ursprung des Übels et Unvollkommenes Gedicht über die Ewigkeit) ; il y a eu d’autres éditions dont chacune a été revue ; les versions qui font référence sont celles de la 9e édition, revue et augmentée, parue sous le titre Versuch Schweizerischer Gedichte de Usong. Eine morgenländische Geschichte, 1771
  • Alfred, König der Angelsachsen, 1773
  • Fabius und Cato, 1774
  • Briefe über einige Einwürfe nochlebender Freygeister wieder die Offenbarung (3 Teile), 1775-77

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dictionnaire historique de la Suisse
  2. Pierre-Paul Duchoud, Le Vallon de Nant, p. 12

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Haller est l’abréviation botanique standard de Albrecht von Haller.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI