Abou Moussab al-Souri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abou Moussab al-Souri, né Mustafa bin Abd al-Qadir Setmariam Nasar (مصطفى بن عبد القادر ست مريم نصار en arabe) en octobre 1958 à Alep en Syrie, est un théoricien djihadiste lié à al-Qaïda.

Il a la citoyenneté espagnole depuis la fin des années 1980 à la suite de son mariage avec une espagnole[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a environ 24 ans quand il participe à l’insurrection de la grande ville syrienne de Hama (400 000 habitants), en février 1982, qui est un des événements fondateurs du djihadisme global[2]. Le 2 février, les forces paramilitaires des Frères musulmans estimées à 250 ou 300 personnes prennent le contrôle de la grande ville de Hama[2]. L’appel au djihad lancé, des fonctionnaires du gouvernement sont assassinés froidement au cours d'affrontements puis d'une répression durant plus d’un mois[2]. Après la fuite de la majorité des islamistes dont Al-Souri, la population est tenue pour responsable de l’insurrection par le régime qui fait entre 20 et 25 000 morts pour l'exemple[2]. Il gagne la France, puis se rend en Espagne où il épouse une Espagnole athée, ce qui lui permet d’avoir le passeport indispensable pour ses futurs voyages[2]. En 1995, il rejoint Oussama ben Laden en Afghanistan, où son aura de vétéran du djihad acquise à Hama lui permet d’organiser, en 1997, la première interview du fondateur d’Al-Qaïda sur CNN par Peter Bergen[2].

De retour en Espagne en 1992, al-Souri soutient le Groupe islamique armé algérien[2]. Il est recherché en Espagne pour l'attentat du El Descanso de 1985 (en) ainsi que comme témoin dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004[3]. Beaucoup le considèrent comme « le représentant le plus éloquent du djihad moderne et de ses stratégies les plus sophistiquées[1],[4] ». Selon le journaliste américain Bergen qui le rencontre en 1996 : « Il apparaissait comme un vrai intellectuel, très au courant de l'histoire, et il avait des objectifs des plus sérieux. Pour sûr, il m'a davantage impressionné que Ben Laden »[5].

Argumentaire[modifier | modifier le code]

Selon l'islamologue Gilles Kepel, son Appel à la résistance islamique mondiale de 1600 pages aurait transformé l'idéologie du djihadisme international. Il recommanderait la guerre civile en Europe menée par la jeunesse musulmane immigrée qui devrait être préparée à « enclencher la dislocation finale de l’Occident, préalable au triomphe mondial de l’islamisme[6] ». Plutôt que de frapper les États-Unis, Abou Moussab al-Souri préconise de viser l'Europe, « ventre mou » de l'Occident, afin de provoquer des réactions islamophobes qui pousseraient les musulmans européens à rejoindre les rangs djihadistes[5]. Pour le journaliste Éric Leser, « Selon Abou Moussab al-Souri, il faut viser les juifs, les policiers, les militaires, les églises, les grands événements sportifs et culturels. Il faut dresser les populations contre les musulmans et contraindre ainsi ces derniers à choisir un camp[7] ».

Depuis 2005[modifier | modifier le code]

Nasar a été capturé par les forces de sécurité pakistanaises en 2005 (en), détenu par la CIA[5] et restitué à la Syrie où il était recherché[3],[4]. Selon certaines sources il aurait été relâché par le président syrien Bachar el-Assad dans le cadre d'une stratégie qui viserait à transformer l’insurrection populaire en une guerre djihadiste[2]. Cependant en 2014 Ayman al-Zawahiri à l'occasion de l'enregistrement vidéo de l'éloge funèbre d'un autre chef djihadiste, Abou Khaled al-Souri, fait référence à Abou Moussab al-Souri en demandant à Dieu sa libération, indiquant par là que celui-ci serait toujours détenu[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Malise Ruthven, The Rise of the Muslim Terrorists, New York Review of Books, p. 33-36
  2. a b c d e f g et h Jean-Pierre Perrin, « Al-Souri, le théoricien du troisième djihad », mediapart.fr, (consulté le 21 avril 2017)
  3. a et b (en) Associated Press, « Major Al Qaeda Leader Arrested in Pakistan », sur Fox News, (consulté le 20 novembre 2015)
  4. a et b (en) William Maclean, « Al Qaeda ideologue in Syrian detention - lawyers », sur Reuters, (consulté le 30 novembre 2015)
  5. a b et c Roland Gauron, Abou Moussab al-Souri, l'inspirateur des attentats de Paris, Le Figaro, 25 novembre 2015.
  6. Depuis 2005, la fulgurante percée du «djihadisme de proximité» français, Henri Tincq, 15 janvier 2016, Slate Magazine
  7. Terrorisme: le mythe du loup solitaire, Éric Leser, Slate.fr, 29 mai 2017
  8. (en-US) Thomas Joscelyn, « Zawahiri eulogizes al Qaeda’s slain Syrian representative | FDD's Long War Journal », FDD's Long War Journal,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Brynjar Lia, Architect of Global Jihad: The Life of Al Qaeda Strategist Abu Mus'ab Al-Suri, Columbia University Press, (ISBN 978-0-231-70030-6)
  • (en) Jim Lacey, A Terrorist's Call to Global Jihad: Deciphering Abu Musab al-Suri's Islamic Jihad Manifesto, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-462-5)