Abdelmadjid Kaouah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdelmadjid Kaouah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
Nationalité
Activité

Abdelmadjid Kaouah, né le à Aïn Taya, est un écrivain et poète algérien d'expression française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Aïn-Taya, près d'Alger, Abdelmadjid Kaouah consacre son mémoire de Maîtrise de Lettres modernes à la poésie algérienne de langue française. Ses poèmes sont publiés par les revues “Alif” (Tunis), “Europe” et aux "Éditions du Stencil" (Alger).

Après l'assassinat en 1993 de ses compagnons Tahar Djaout et Youcef Sebti, Abdelmadjid Kaouah s'exile dans la région de Toulouse, à Cugnaux. Chroniqueur littéraire, il est correspondant permanent du “ Quotidien d’Oran”, du “Soir d’Alger” (Algérie), Algérie News et d’”Alfa” (Montréal). Il participe à de nombreuses émissions culturelles et anime le CRIDLA (Cercle de Recherches, d’Initiatives et de Documentation des Lettres Algériennes et Maghrébines de langue française).

Jugement[modifier | modifier le code]

"Ce sont des poèmes qui tendent vers la plénitude et qui laissent bien peu de choses hors de leur inventaire : il y circule de la révolte et des confidences d'amour, de la protestation et de l'espoir mais aussi tant de lumières douces qui font rêver, tant d'évocations d'arbres et de rochers, tant d'oiseaux annonciateurs de terres et de saisons heureuses. Les poèmes, souvent courts, contiennent pourtant un ferment d'épopée. Celle de l'homme enraciné dans la terre et la colère, dans la cité et l'espérance, dans le travail et ses outils divers. Car à aucun moment le poète n'abandonne à d'autres le champ épineux de l'enjeu social. (...) L'écriture d'Abdelmadjid Kaouah possède un souffle indéniablement épique, quelque chose comme le rythme d'une marche vers une destination où l'homme demeure la préoccupation essentielle.". Ainsi c'est Abdelmajid Kaouah qui a fait le premier blog en parlant de l'écrivaine Keltoum Staali.

Tahar Djaout, Les Mots migrateurs, Une anthologie poétique algérienne, Office des Publications Universitaires (OPU), Alger, 1984, p. 23.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bonne année ou les joies perfides, Éditions du Stencil, Alger, 1977.
  • Par quelle main retenir le vent, chez l'auteur, Alger, 1981.
  • De toute manière, Éditions du stencil, Alger, 1981.
  • Trois télégrammes d'amour et un poème pour les enfants, Éditions du Stencil, Alger, 1981.
  • La Jubilation du jasmin, couverture et neuf dessins d'Oussama Abdeddaïm, Éditions de l'Orycte, Paris, 1986.
  • La Maison livide, Éditions Encres vives, Toulouse, 1995 (prix Sernet 1995).
  • Aigle sans capitale, Les nouvelles éditions du Stencil, Les Pradettes, 1996.
  • L'Ombre du livre, Éditions Noir et Blanc, Buzet-sur-Tarn, 1999 (ISBN 978-2-911241-17-8).
  • Le Nœud de Garonne, Suite en forme de suite, Autres temps éditions, Marseille, 1999 (ISBN 978-2-911873-94-2).
  • Par quelle main retenir le vent, suivi de La Jubilation du jasmin, Éditions Noir et Blanc, Buzet-sur-Tarn.
  • Poésie algérienne francophone contemporaine, couverture de Hamid Tibouchi, Autres temps éditions, Marseille, 2004 (ISBN 978-2-84521-175-9).
  • Le Cri de la mouette quand elle perd ses plumes, Colomiers, Encres Vives, 2006.
  • Ode à Katarina Angélaki suivie de "Skargarden", Colomiers, Encres Vives, 2008.
  • Retour en Algérie, amère saison, Cahors, La louve, 2009
  • Quand la nuit se brise (Poésie algérienne francophone contemporaine), éditions du Seuil, Paris, 2012

Sur Abdelmadjid Kaouah[modifier | modifier le code]

  • Jean Déjeux, Bibliographie méthodique et critique de la littérature algérienne de langue française 1945-1977, SNED, Alger, 1979.
  • Jeunes poètes algériens, choix de Jean Déjeux, Paris, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1981.
  • Les Mots migrateurs, Une anthologie poétique algérienne, présentée par Tahar Djaout, Office des Publications Universitaires, Alger, 1984.
  • Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Editions Karthala, 1984 (ISBN 978-2-86537-085-6).
  • Serge Martin, Abdelmadjid Kaouah ou la voix contre toutes les coupures, présentation et entretien avec une courte anthologie, dans Le Français aujourd'hui, 2002.
  • Des Chèvres noires dans un champ de neige ? 30 poètes et 4 peintres algériens, Bacchanales n°32, Saint-Martin-d'Hères, Maison de la poésie Rhône-Alpes - Paris, Marsa éditions, 2003 ; Des chèvres noires dans un champ de neige ? (Anthologie de la poésie algérienne contemporaine) , édition enrichie, Bacchanales, n° 52, Saint-Martin-d'Hères, Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2014
  • Cinq poètes algériens pour aujourd'hui, Jean Sénac, Tahar Djaout, Abdelmadjid Kaouah, Habib Tengour, Hamid Tibouchi, Poésie/première, n° 26, Editions Editinter, Soisy-sur Seine, juillet-octobre 2003.

Liens internes[modifier | modifier le code]