Abbaye de Chauny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye de Sainte-Marie de Chauny
Image de l'Abbaye de Sainte-Marie de Chauny

Ordre Chanoines réguliers de saint Augustin, Congrégation d'Arrouaise
Fondation avant 1130
Diocèse Diocèse de Noyon
Fondateur Simon Ier de Vermandois
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Commune Chauny
Coordonnées 49° 36′ 39″ nord, 3° 13′ 08″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Sainte-Marie de Chauny
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Abbaye de Sainte-Marie de Chauny
Géolocalisation sur la carte : Aisne
(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye de Sainte-Marie de Chauny

Labbaye Sainte-Marie de Chauny est une ancienne abbaye de Chanoines réguliers de saint Augustin située à Chauny dans l'Aisne qui occupait, le lieu où est bâtie l'église Notre-Dame et les terrains avoisinants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Simon Ier de Vermandois, évêque de Noyon, établit des Chanoines réguliers de saint Augustin pour desservir l'église Notre-Dame de Chauny. L'abbaye de Chauny est unie a celle de la congrégation d'Arrouaise et en adopte la règle.

Simon de Vermandois autorise les chanoines réguliers de Chauny à transférer le siège de leur établissement dans un lieu appelé Saint-Eloi-Fontaine ou les Fontaines-Saint-Eloi, dépendant de Commenchon. La maison de ces religieux quitte le nom d'abbaye de Sainte-Marie de Chauny, sous lequel elle avait pris naissance, avant l'année 1130 et adopte celui de Saint-Eloi-Fontaine et, plus tard, celui de Commenchon.

L'abbaye de Saint-Éloi-Fontaine est consacrée, le 17 octobre 1206, sous le vocable de St Éloi-Fontaine; la collégiale de Chauny devient alors prieuré de St Éloi-Fontaine[1].

Le prieuré des Augustins de Notre-Dame de Chauny est occupé en 1639 par des Génovéfains, de la Congrégation de Sainte Geneviève

Abbés[modifier | modifier le code]

d'après Poissonnier[2].

Droit de patronage et dîmage[modifier | modifier le code]

L'abbaye a le droit d'élire et de pourvoir aux cures des églises dont elle est patron, de prêtres qu'elle présente à l'ordination de l'évêque diocésain. C'est le droit de patronage, de présentation à l’évêque et de nomination d'un desservant aux églises ou cures (paroisses) où elle percevait les grosses dîmes : des cures de Jussy, d'Eliscourt ou Guyencourt (près de Genlis, de la cure de Seleigne, aux portes de Chauny, Béthancourt-en-Vaux, Neuflieux, Hondelcourt,

Patrimoine foncier[modifier | modifier le code]

Elle reçut, en 1134, de Raoul Ier, comte de Vermandois et des Seigneurs de Vendeuil, de Montescourt, de Clastres et autres, divers immeubles sur Capone et Benay. Raoul de Vermandois approuve une donation faite par Walterus (Wautier ou Gauthier), fils de Wérenfride et sa femme, surnommée Béate, du domaine de Roulcourt ou Rocourt, proche de Saint-Quentin, et de dîmes sur Capone et Benay et la donation faite à l'abbaye, par Godefroy Wautier de Viry, d'un cens à prendre sur les pâtures de Viry[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Abbaye de Chauny Blason
D'azur au château à trois tours d'or, ajouré de sable, accompagné de six fleurs de lys du deuxième, trois sur chaque flanc, rangées en pal[3].
Devise
Tutentur. Lilia. Turres.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Poissonnier, « L'Abbaye de St-Éloi-Fontaine ou de Commenchon », Comptes rendus et mémoires du Comité archéologique de Noyon, vol. tome V,‎ , p. 269 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2019).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Saint-Éloi-Fontaine

Références et notes[modifier | modifier le code]

Notes
Références