Abbaye Saint-Laurent d'Ampleforth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye Saint-Laurent
Image illustrative de l’article Abbaye Saint-Laurent d'Ampleforth
Église abbatiale de l'abbaye Saint-Laurent
Présentation
Nom local St. Lawrence's Abbey
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction 1802
Fin des travaux 1897
Style dominant Architecture néogothique
Protection Classé II
Site web http://www.ampleforth.org.uk/
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Yorkshire du Nord
Ville Ampleforth
Coordonnées 54° 12′ 06″ nord, 1° 05′ 05″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
Abbaye Saint-Laurent

L'abbaye Saint-Laurent d'Ampleforth (Saint Lawrence's Abbey) est une abbaye bénédictine de style néogothique, fondée en 1802 à Ampleforth (en), dans le Yorkshire du Nord, au nord-est de l'Angleterre. Elle fait partie de la congrégation bénédictine anglaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye d'Ampleforth est implantée à son emplacement actuel depuis 1802, mais ses racines sont beaucoup plus anciennes. Elle revendique être la seule héritière après la Réforme anglaise de l'abbaye de Westminster, car à l'origine de sa fondation se trouve le dernier moine catholique de Westminster, Sigebert Buckley. Exilé en France après la seconde dissolution de la communauté bénédictine de Westminster par la reine Élisabeth Ire en 1559, il commença à partir de 1607 à réunir des postulants anglais à la vie monastique, établissant leur résidence en Lorraine à l'église Saint-Laurent de Dieulouard en 1615. Cette implantation servait de base à un travail missionnaire clandestin dans les îles Britanniques parmi les récusants. Ainsi c'est de là que partit notamment Alban Roe, martyrisé le à Tyburn, et béatifié au nombre des quarante martyrs d'Angleterre et du pays de Galles[1].

En 1792, les moines sont chassés de France par la politique anticléricale de la Révolution et rejoignent l'Angleterre. Ce n'est qu'en 1802 qu'ils s'établissent définitivement à Ampleforth, lieu d'apostolat qu'ils desservaient de longue date, et y établissent un prieuré. En 1890, par la bulle Diuquidem, le prieuré est érigé en abbaye par le pape Léon XIII[1].

Abbés[modifier | modifier le code]

Armoiries de l'abbaye
  • 1900–1924: Oswald Smith
  • 1924–1939: Edmund Matthews
  • 1939–1963: Herbert Byrne
  • 1963–1976: Basil Hume
  • 1976–1984: Ambrose Griffiths
  • 1984–1997: Patrick Barry
  • 1997–2005: Timothy Wright
  • 2005–: Cuthbert Madden

L'abbaye aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La communauté est aujourd'hui constituée d'environ 80 moines[2] suivant la règle de saint Benoît. Ils y vivent suivant la maxime ora et labora (prière et travail), assumant en plus des offices monastiques quotidiens l'entretien d'un verger et d'une hôtellerie, la fabrication de cidre et le brassage de bière[3].

Sur le site même de l'abbaye se trouve le collège d'Ampleforth, l'une des écoles catholiques les plus réputées d'Angleterre, et non loin l'école primaire Saint-Martin. Ces deux établissements sont administrés par les moines. L'abbaye dispose également d'une maison d'étude à Oxford, Saint Benet's Hall, qui accueille les moines étudiants, des religieux d'autres ordres, des prêtres diocésains et des laïcs[4].

Les moines d'Ampleforth ont d'autre part la charge pastorale de 11 paroisses des diocèses de Leeds, Liverpool, Middlesbrough et Salford[5].

En 1955, l'abbaye d'Ampleforth fonde un prieuré à Saint-Louis, aux États-Unis (qui devint indépendant en 1973) et de nouveau en 1996, un monastère dans l'archidiocèse de Harare au Zimbabwe où vivent en 2013 cinq moines dont deux Zimbabwéens[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]