Abécédariens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les abécédariens ou abécédaires sont les membres d'une secte d’anabaptistes allemands du XVIe siècle qui prétendaient que pour être sauvé il fallait ne savoir ni lire, ni écrire, ni même connaître les premières lettres de l’alphabet[1]. Ils soutenaient que Dieu éclaire intérieurement ses élus et leur donne connaissance des vérités nécessaires par des visions et des extases, ils considéraient donc l'étude de la théologie comme une espèce d'idolâtrie et les hommes éduqués qui font des prédications comme des falsificateurs de la Parole de Dieu. Cette secte fut assez étendue en Allemagne au XVIe siècle.

En 1522, à Wittenberg, les prophètes de Zwickau (en), dont fait partie Nicholas Storch, prêchent cette doctrine.

Luther ayant établi que chacun est juge du sens des Saintes Écritures, sans avoir besoin de recourir ni à l’autorité de l’Église, ni à la tradition, ni aux Pères de l'Église, Nicolas Storch, son disciple, enseigne que chaque fidèle peut connaître le sens de l’Écriture aussi bien que les docteurs, que c’est Dieu qui nous instruit lui-même et que l’étude nous empêchant d’être attentifs à sa voix, le seul moyen d'empêcher ces distractions est de ne pas apprendre à lire. Ceux qui savent lire sont donc dans un état dangereux pour leur salut.

Andreas Bodenstein, autre disciple de Luther, s’attache à cette secte et renonce à sa qualité de docteur pour se faire portefaix : il se fait alors appeler le frère André et prêche la doctrine nouvelle pendant un certain temps aux gens et étudiants de Wittenberg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théron 2014, p. 10.

Bibliographie[modifier | modifier le code]