Jan Luyken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luyken.
Jan Luyken
Bowyer Bible Volume 1 Print 7. Portrait of Jan Luyken. Bronen.gif

Portrait de Jan Luyken dans la Bible Bowyer

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Lieu de travail

Jan Luyken, ou Johannes Luiken (, Amsterdam - , Amsterdam), est un poète, illustrateur, peintre d'histoire et graveur néerlandais (à l’époque Provinces-Unies).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Caspar Luyken l'Ancien, immigrant allemand, est un enseignant dans une école mennonite. Le fils était un jeune homme fougueux qui était un élève de Martin Saeghmolen, et s'intéressait aux belles femmes. À l’âge de 26 ans, Jan Luyken eut un expérience religieuse qui lui inspira l’écriture de poésie moraliste.

Marié à Maria de Oudens de La Haye, il est le père de Caspar Luyken (1672-1708) qu'il forme à la gravure. Il ont pour sujets des scènes religieuses et des événements historiques et produisent des estampes de dévotions. Il resta actif à Amsterdam entre 1669 et 1712 avec une courte période à Haarlem entre 1699 et 1705[1]. Ses nombreux travaux ont été principalement l'illustration de livres. Luyken a travaillé pour de nombreuses maisons d'édition à l'extérieur d'Amsterdam. Aujourd'hui, plus de 3000 gravures par lui sont attribuées, certaines se trouvent dans les musées néerlandais. 

Il est surtout connu pour l'illustration de l’édition de 1685 du Miroir des martyrs avec 104 eaux-fortes sur cuivre. Trente de ces plaques existent toujours et ont été présentées dans l’exposition The Mirror of the Martyrs[2],[3].

Il a aussi publié avec son fils Caspar l'ouvrage Het Menselyk Bedryf (en) (Le livre des métiers) en 1694, qui contient de nombreuses gravures des métiers et du commerce au XVIIe siècle, et est l'auteur d'un nombre considérable d'estampes, notamment de séries dédiées aux "persécutions religieuses", aux "plaies d'Égypte", au "jugement dernier".

Jan Luyken était également un littéraire très actif. Son premier ouvrage intitulé Duitse Lier a été publié en 1671[4]. Il contient la poésie amoureuse par laquelle il chante sa maîtresse Maria de Oudens. En 1672, ils étaient mariés. Un peu plus tard, il a rejoint la communauté mennonite de Beverwijk. De plus en plus intéressé par la mystique chrétienne, il a rejoint la communauté de Gichtelianer (de), groupe d'hommes et de femmes expulsé de Ratisbonne en raison de leur critique sur l'église en 1665 et qui avait trouvé refuge à Amsterdam.

En 1678, Luyken a publié une série d'écrits mystiques influencés par le panthéisme, la plupart du temps en vers. Beaucoup de ses poèmes ont été inclus dans le recueil de cantiques des mennonites néerlandais, das Doopsgezinde Bundel. Toutes ces œuvres avaient leurs propres illustrations figuratives de l'auteur.

Jan Luyken et Maria de Oudens eurent ensemble cinq enfants, mais quatre d'entre eux sont morts tôt. Seul le premier-né, leur fils Caspar a survécu. Il a été également graveur et a travaillé de façon sporadique avec son père; 36 œuvres communes sont connues.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

  • Théâtre des martyrs depuis la mort de J. Christ jusqu’à présent, ouvrage avec 116 planches gravées sur cuivre par Jan Luyken, 1700, Musée d'Histoire de la Justice, des Crimes et des Peines[5]
  • L'Entrée du Christ à Jérusalem, dessin plume et lavis sur pierre noire[6]
  • Scène de rue nocturne, Craie, plume, encre et lavis[7]
  • Révocation de l'édit de Nantes par Louis XIV, estampe, 1685,  Bibliothèque nationale de France[8]
  • Emblème : inondation, illustration, Nuremberg, 1695 - 1705[9]
  • Christ guérit les malades à la piscine à Bethesda, gravure, Lacma[10]
  • Mort de Turenne à Salzbach le 27 juillet 1675, estampe, Musée du château de Versailles[11]
  • L'aumône royale, encre, attribué à Jan Luyken, Palais des Beaux-Arts de Lille[12]
  • Famille rose, figurine d'une femme néerlandaise en porcelaine de chine, British Museum[13]



Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

  • Duytse lier, collection de poésies, 1671[4]
  • Jezus en de Ziel, livre d'emblèmes, Amsterdam,1678[14]
  • Voncken der liefde Jesu, 50 gravures avec citations biblique et poèmes moraux, Amsterdam,1687[15]
  • Goddelyke liefdevlammen, 1691
  • Spiegel van het menselyk bedryf, collection de gravures représentant des arts et métiers, avec Caspar Luyken, 1694
  • Lof en oordeel van de werken der barmhartigheid, 1695
  • Beschouwing der Wereld, 1708[16], Amsterdam, Kornelis Vander[17]
  • De zedelyke en stichtelyke gezangen, 1709[18], Amsterdam, Kornelis Vander[19]
  • De Onwaardige Wereld, 1710[20], Amsterdam, Kornelis Vander[21]
  • De Bykorf des Gemoeds, 1711[22], recueil de poèmes moraux, Amsterdam, P. Arntz et K. Vander[23]
  • Het leerzaam huisraad , 1711[24], Amsterdam, Kornelis Vander[25]

à titre posthume :

  • Des menschen begin, midden en einde, 1712
  • Schriftuurlyke geschiedenissen, 1712
  • Geestelyke brieven, 1714
  • Verzaameling van eenige geestelyke brieven, 1741
  • Het overvloeyend herte, 1767

Postérité[modifier | modifier le code]

Références culturelles[modifier | modifier le code]

L'anti-héros Des Esseintes du roman À rebours de Huysmans est un admirateur des gravures de Jan Luyken et possède des impressions des Persécutions religieuses accrochées dans son salon. Il les décrit comme « gravures effroyables contenant toutes les tortures que la folie de la religion pouvait concevoir». Des Esseintes est captivé non seulement par les représentations graphiques de Luyken, mais aussi par sa capacité à reconstruire les temps et les lieux dans ses œuvres[26].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

L'une des rues du centre d'Amsterdam, dans le quartier où les rues portent le nom d'artistes importants de l'âge d'or, s'appelle Jan Luijkenstraat. Le premier bâtiment qui s'y trouve au numéro 1 est le célèbre musée Rijksmuseum qui contient une vaste collection d'œuvres du graveur[27].

Dans la première moitié du XIXe siècle, ses poèmes religieux étaient considérés comme orthodoxes et étaient populaires parmi les piétistes. Au début du XXe siècle, les «réformateurs» avaient montré leur intérêt pour les textes Luykenien[28].

Jusqu'au XVIIIe siècle les livres illustrés de Luyken ont été réimprimés de trois à sept fois, certains d'entre eux ont été publiés durant le XXe siècle. Les images reproduites sur des sujets religieux en porcelaine de Chine furent exportées dans toute l'Europe au milieu du XVIIIe siècle[29],[30].

Depuis 1990 en Amérique du Nord, où il y a une importante communauté d'anabaptistes, une exposition mobile «Martyrs Mirror» présente entre autre les 30 plaques de cuivre de Luyken existantes[31]. L'exposition a déjà parcouru 22 états des États-Unis et 5 provinces du Canada[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) « Explore Jan Luyken », sur rkd.nl (consulté le 20 juin 2017)
  2. (en) « The Mirror of the Martyrs », Bethel College (Kansas) (en) (consulté en juin 2008)
  3. « Le Théâtre des Martyrs de Van Luyken », sur bibliophilie.blogspot.fr (consulté le 20 juin 2017)
  4. a et b (nl) DBNL, « Jan Luyken, Duytse lier · dbnl », sur DBNL (consulté le 20 juin 2017)
  5. Luyken (Jean), « Théâtre des martyrs depuis la mort de J. Christ jusqu’à présent (1700) », sur criminocorpus.org, (consulté le 20 juin 2017)
  6. « LEntrée du Christ à Jérusalem par JanLuyken », sur www.artnet.fr (consulté le 21 juin 2017)
  7. « Figures gathered in a street at night par JanLuyken », sur www.artnet.fr (consulté le 21 juin 2017)
  8. Luyken, Jan (1649-1712). Graveur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 21 juin 2017)
  9. (nl) Jan Luyken, « Embleem: overstroming », Rijksmuseum,‎ 1695 - 1705 (lire en ligne)
  10. (en) « Christ Healing the Sick at the Pool at Bethesda; The Magdalen Annointing Christ's Feet in the House of Simon the Pharisee », sur collections.lacma.org (consulté le 21 juin 2017)
  11. Jan Luyken, « Mort de Turenne à Salzbach le 27 juillet 1675 », Images d’Art,‎ 1649-1712 (lire en ligne)
  12. attribué à Jan Luyken, « L'aumône royale », Images d’Art,‎ 1649-1712 (lire en ligne)
  13. « Image gallery: figure », sur British Museum (consulté le 21 juin 2017)
  14. Jan Luiken, Jezus en de Ziel. Een geestelyke spiegel voor 't gemoed, bestaande in veertig aangenaame en stichtelyke zinnebeelden. Vervat in drie deelen, met niuwe plaaten, Rotterdam,, Philippus Losel en zoon, boekverkoopers op de Hoogstraat, (lire en ligne)
  15. Jan Luiken, Voncken der liefde Jesu, van het Godtbegerende zielenvier : bloemitjes der salige hoope, tot verheugelykheid der wandelaars langs den weg, na vreden ryk : een behelsinge van vyftig sinne-beelden, met hunne daar op spelende verssen, en heylige spreuken, Amsterdam, Pieter Arentsz ..., (lire en ligne)
  16. Jan Luiken, Beschouwing der Wereld, By Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  17. Jan Luiken, Beschouwing der Wereld, Amsteldam, Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  18. Jan Luiken, De zedelyke en stichtelyke gezangen, By de Wed: P: Arentz, en K: vander Sys, boekverkoopers ..., (lire en ligne)
  19. Jan Luiken, De zedelyke en stichtelyke gezangen, Amsteldam, P: Arentz, en K: vander Sys, (lire en ligne)
  20. Jan Luiken, De Onwaardige Wereld, Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  21. Jan Luiken, De Onwaardige Wereld, Amsteldam, Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  22. Jan Luiken, De Bykorf des Gemoeds: Honing zaamelende uit allerley Bloemen, de Wed: P: Arntz, en K: vander Sys, (lire en ligne)
  23. Jan Luiken, De Bykorf des Gemoeds : Honing zaamelende uit allerley Bloemen, Amsterdam, P: Arntz, et K: vander Sys, (lire en ligne)
  24. Jan Luiken, Het leerzaam huisraad: vertoond in vyftig konstige figuuren, met godlyke spreuken en stichtelyke verzen, Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  25. Jan Luiken, Het leerzaam huisraad : vertoond in vyftig konstige figuuren, met godlyke spreuken en stichtelyke verzen, Amsteldam, Kornelis vander Sys, (lire en ligne)
  26. Marc Smeets, Huysmans l'inchangé: histoire d'une conversion, Rodopi, (ISBN 9042010754, lire en ligne), p. 133, 144 et 210
  27. « Search », sur Rijksmuseum (consulté le 21 juin 2017)
  28. « Biography of Jan Luiken by Josephine V. Brown », sur www.pitts.emory.edu (consulté le 21 juin 2017)
  29. « "A Pattern of Exchange: Jan Luyken and Chine de Commande Porcelain": Metropolitan Museum Journal, v. 37 (2002) | MetPublications | The Metropolitan Museum of Art », sur www.metmuseum.org (consulté le 21 juin 2017)
  30. (en) « A Pattern of Exchange: Jan Luyken and Chine de Commande Porcelain », sur .metmuseum.org
  31. (en) « The Mirror of the Martyrs », sur kauffman.bethelks.edu (consulté le 21 juin 2017)
  32. (en) « The Mirror of the Martyrs », sur kauffman.bethelks.edu (consulté le 21 juin 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joris-Karl Huysmans, À rebours, BoD–Books on Demand, , 172 p. (ISBN 3843035032, lire en ligne), p. 58 et suivantes
  • (en) Thieleman J. van Braght, The Bloody Theater or Martyrs Mirror of the Defenseless Christians, trad J. F. Sohm, (lire en ligne)
  • (en) Dave & Neta Jackson, On Fire for Christ: Stories of Anabaptist Martyrs, Herald Press, , 184 p. (ISBN 978-0836135039, lire en ligne)
  • (de) Margarete Wagner (Herausgeber), Die Skizzen zum Ständebuch des Jan Luyken, Herder Verlag GmbH, (ISBN 978-3451209154, lire en ligne)

Aricles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :