6e régiment d'infanterie motorisée (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 6e régiment.

6e régiment d’infanterie motorisée
Création 1976
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Branche Armée royale
Type Régiment d'infanterie motorisée
Garnison Tifariti (1976)
Smara (1991)
Guerres Guerre du Sahara occidental
Batailles Bataille de Ras-el-Khanfra (1980), Bataille de Gueltat Zemmour (octobre 1981)
Commandant historique Mohamed Ghoujdami

Le 6e régiment d'infanterie motorisée (6e  RIM) est un régiment marocain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Guerre du Sahara occidental[modifier | modifier le code]

Il est créé en juillet 1976, lors de la guerre du Sahara occidental, pour permettre la sécurisation par les forces armées royales du Sahara occidental récemment abandonné par l'Espagne[1]. Il est initialement en garnison à Tifariti[2] et est commandé par le colonel El Malti[3].

Fin 1979, commandé par le lieutenant-colonel Mohamed Ghoujdami, il participe aux grandes colonnes de traque du Polisario[4]. En 1980, le régiment protège la construction du mur des sables lors de la bataille de Ras-el-Khanfra[5]. En octobre 1981, lors de la bataille de Gueltat Zemmour le régiment reprend la ville aux indépendantistes qui avaient mis hors de combat la garnison puis se défend avec succès face aux contre-attaques sahraouies[6]. Le 6e RIM est ensuite basé à Smara[7].

Le commandant Mahjoub Tobji (en), ancien officier de l'armée marocaine, accuse le régiment d'être toujours arrivé après les combats[8].

Organisation[modifier | modifier le code]

En 1979, le régiment est équipé de 80 camions M813 (en) (certains avec un ZU-23-2 monté sur la plate-forme arrière) et 200 Land Rover, Jeep et AML-90.

En 1981, le régiment est composé de 7 détachements d'intervention rapide, de 2 groupes de blindés AML-90 et était appuyé par l'artillerie du 6e groupe d'artillerie royale[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abdalahe, p. 305.
  2. Samir El Ouardighi, « Ali Najab: "Pas de guerre en vue à moins que l’Algérie n'en donne l’ordre au polisario" », sur medias24.com,
  3. Tobji, p. 34.
  4. Roger Holeindre, « Les nouveaux renards du désert », Paris Match,‎ , p. 82-85 et 96
  5. (es) Manuel Ostos, « Continúa la batalla de Ras el Kanfra, un mes después de su comienzo », El País,‎ (lire en ligne)
  6. (es) Haddamin Moulud Said, La batalla de Guelta Zemmur, 13 y 14 de octubre de 1981, arso.org, (lire en ligne), p. 12
  7. (en) János Besenyő, Western Sahara, Publikon Publishers, , 198 p. (ISBN 978-963-88332-0-4, lire en ligne), p. 142
  8. Tobji, p. 36.
  9. Abdalahe, p. 334.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.