Gueltat Zemmour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zemmour.
Gueltat Zemmour
ݣلتة زمور (ar)
Administration
Pays Sahara occidental
sous administration de facto du Drapeau du Maroc Maroc[1]
Province Province de Boujdour
Région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra
Démographie
Population 6 740 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 25° 09′ 00″ nord, 12° 22′ 00″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental

Voir la carte administrative du Sahara occidental
City locator 14.svg
Gueltat Zemmour

Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental

Voir la carte topographique du Sahara occidental
City locator 14.svg
Gueltat Zemmour

Gueltat Zemmour ou Guelta Zemmour (ݣلتة زمور en arabe marocain) est une localité du Sahara occidental dans la zone administrée de facto par le Maroc[1], proche de la Mauritanie et située sur la ligne de fortification (« mur marocain ») érigée par l'armée marocaine pour lutter contre le Front Polisario. Dans le cadre de l'organisation territoriale du Maroc, il s'agit d'une commune rurale de la province de Boujdour, dans la région de Laayoune-Boujdour-Sakia El Hamra.

Elle tire son nom de la présence d'une guelta particulièrement pittoresque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre du Sahara occidental.

La localité de Gueltat Zemmour est connue pour son rôle lors des dernières années de la guerre du Sahara occidental opposant le Maroc au front Polisario puisque celle-ci fut après la construction du mur des sables le tombeau d'une centaine de combattant du front Polisario en octobre 1989, en janvier et en novembre 1990 après de meurtriers combats qui ont fait beaucoup de victimes des deux côtés[2]. Mais, déjà, du 24 au 25 mars 1981 la position avait été violemment attaquée et partiellement détruite. Puis, sept mois plus tard un autre raid particulièrement sanglant surpris la garnison de 2.600 hommes qui furent mis en déroute (Bien que le gouvernement marocain ne reconnu qu'une centaine de morts il y en eut probablement nettement plus) ; le Polisario emmena 230 hommes à cette occasion. La base fut totalement évacué le 7 novembre, après que les F.A.R. eurent perdu un total de 5 appareils (Un C-130, un F-5, deux Mirage et un Puma) au cours des combats[réf. nécessaire].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « MINURSO Background », sur Organisation des Nations unies (consulté le 29 mars 2014) : « MINURSO continued to assist both parties in maintaining the ceasefire across the buffer strip (aka the ‘berm’), which stretches along the entire length of the disputed territory and separates the Moroccan-administered portion (west) from the area that is controlled by the Frente Polisario (east) »
  2. La vérité sur la guerre du Sahara