145, rue La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
145, rue La Fayette
145 rue La Fayette.jpg
Façade de l'immeuble en 2018.
Présentation
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Commanditaire
Propriétaire
RATP
Localisation
Pays
Région
Département
Arrondissement
Adresse
145, rue La Fayette, Paris
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le 145, rue La Fayette est un édifice de la rue La Fayette à Paris, en France. Il s'agit d'un ancien immeuble d'habitation abritant une bouche d'aération du RER et dont seule la façade a été conservée.

Description[modifier | modifier le code]

Le no 145 s'élève sur la rue La Fayette dans le 10e arrondissement de Paris, à proximité de l'intersection avec la rue de Saint-Quentin, à peu près au quart de la distance de la gare de l'Est depuis la gare du Nord. L'édifice occupe une parcelle d'environ 7 m de large sur 6 m de profondeur. Il s'agit d'un bâtiment creux : seule la façade existe, cachant une bouche d'aération du tunnel de la ligne B du RER[1],[2].

La façade du 145 sur la rue La Fayette, en pierres de taille, est similaire à celle des immeubles haussmanniens à proximité : sur cinq étages, elle comporte quatre fenêtres par étages, ainsi qu'un balcon au 2e. Au rez-de-chaussée, une entrée de porte et un porche complètent l'illusion. Tous ces accès sont murés mais banalisés : porte d'entrée avec poignée, peinte en bleu, porche avec une porte à trois battants. L'accès au porche est bloqué par un emplacement Autolib'. Les fenêtres sont munies de vitres, mais sans volets.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, lors du prolongement de la ligne B du RER de Châtelet - Les Halles à la gare du Nord, la RATP doit composer avec les bâtiments de la rue La Fayette pour gérer la ventilation du tunnel de la ligne. La décision est prise de conserver la façade du 145 afin de respecter l'architecture de la rue[3]. Il ne s'agit pas d'un cas isolé : d'autres édifices du même type existent à Paris (et ailleurs dans le monde), par exemple rue Auber[3]. À proximité, le 174, rue du Faubourg-Saint-Denis est également une simple façade masquant un puits de ventilation de la gare de Magenta.

En 1988, l'écrivain italien Umberto Eco mentionne le 145, rue La Fayette dans son roman Le Pendule de Foucault[4],[1],[3].

La façade, très endommagée, a été ravalée durant l'été 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'étrange immeuble du 145, rue La Fayette », Mcalp, .
  2. « Cet immeuble factice cache une cheminée géante », sur leparisien.fr, article du (consulté le 2 février 2018).
  3. a, b et c « Un bâtiment parisien factice agite les réseaux sociaux », 20 minutes, .
  4. Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, Grasset, (ISBN 978-2-28646-805-7).