Île de Capraia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capraia.
image illustrant le monde insulaire image illustrant la géographie de l'Italie image illustrant la Toscane
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire, la géographie de l'Italie et la Toscane.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île de Capraia
Capraia Isola (it)
Vue de l'île de Capraia.
Vue de l'île de Capraia.
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Archipel Archipel Toscan
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 43° 02′ 00″ N, 9° 49′ 00″ E
Superficie 19 km2
Côtes 30 km
Point culminant Monte Castello (447 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Statut Commune d'Italie

Région Toscane
Province Livourne
Commune Capraia Isola
Démographie
Population 385 hab. (2007)
Densité 20,26 hab./km2
Plus grande ville Capraia Isola
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Île de Capraia
Île de Capraia

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Île de Capraia
Île de Capraia
Îles en Italie

Capraia est une des îles de l'archipel toscan en mer Tyrrhénienne, entre la côte italienne et la Corse. Sa superficie est de 19 km2 et sa population de 335 habitants (les Capraiesi). Rattachée à la province de Livourne, elle ne compte qu'une commune, Capraia Isola.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

D'origine volcanique, c'est la troisième plus grande île de l'archipel toscan après l'île d'Elbe et île de Giglio. Elle est située à 64 km au sud-ouest de Livourne, à 31 km à l'est de la Corse et à 37 km au sud de l'île de Gorgone.

Capraia a été fermée au public jusqu'en 1986 à cause de la présence d'une colonie pénitentiaire. Ses chemins muletiers sont prisés par les randonneurs et son maquis abrite une faune exceptionnelle, avec, entre autres, des mouflons et des colonies de cormorans huppés. L’île est très sauvage et renferme de magnifiques paysages méditerranéens. L'accès aux 19 km de l'île reste limité en raison de la protection du site.

L'île fait actuellement partie du Parc national de l'archipel toscan composé des sept îles de l'archipel toutes situées en mer Tyrrhénienne[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

C'est une île volcanique dont les roches magmatiques se sont formées durant le Miocène. Le magmatisme est calco-alcalin shoshonitique. Ce serait donc dû à la subduction de la plaque tectonique africaine sous la plaque Eurasienne.

Accès[modifier | modifier le code]

Capraia Isola est reliée par voie maritime au port de Livourne (Compagnie Toremar[2]), et également à la Corse par la traversée entre Capraia et Macinaggio (uniquement en période estivale).
L'île ne comporte pas d'aéroport.

Histoire[modifier | modifier le code]

le fort San Giorgio

Anciennement appelée Aegylon, (Αηγυλον) par les Grecs, Caprara par les Romains, son nom dériverait de la présence de câpres sauvages dans l'île.

Au IVe siècle, elle est un refuge pour les cénobites.

En 1055, l'île est conquise par les Sarrasins. Quelque temps après, le Saint-Siège revendique ses droits de suzeraineté et envoie des seigneurs pisans les chasser. En 1146, les Arabes d'Espagne reparaissaient sur les côtes d'Italie ; huit ans après, ils jetaient la terreur dans la mer de Sardaigne et obligeaient les Génois et les Pisans à faire des armements considérables. La lutte restait indécise, car, en 1150, la commune de Pise faisait avec le roi de Valence une trêve de dix ans, pendant lesquels les musulmans s'engageaient à admettre librement les bâtiments pisans dans tous les ports de leurs États[3] et particulièrement dans les îles de Corse, de Sardaigne, de Capraia, d'Elbe, de Pianosa et de Montecristo.

Dominée par les Pisans vers la fin du XIIe siècle, Capraia passe définitivement dans l'orbite génoise après la bataille navale de la Meloria. Le 6 août 1284, à la Meloria au large de Livourne, Henri da Mare (fils d'Ansaldo coseigneur de Rogliano, amiral de Gênes), défait la marine pisane. Pise est ruinée. Dans cette bataille, elle perd 35 galères, 5 000 morts et 10 000 prisonniers[4].

Capraia fera partie des fiefs da Mare jusqu'en 1507, date à laquelle, profitant d'un différend opposant Giacomo-Santo 1er et les Capraiais qui s'estimaient trop imposés, Gênes annexe l'île.

En 1540, pour mieux contrôler la piraterie (conséquence de la prise de Constantinople par les Turcs en 1453, les Barbaresques commencent à razzier les côtes méditerranéennes), Gênes fait édifier des ouvrages de défense : une forteresse ainsi que trois tours côtières.

Liée administrativement à la Corse, en 1767, elle est occupée par les troupes de Pascal Paoli. Elle reste dans le giron génois, même sous l'administration française lors du traité de Versailles en 1768. Après l'annexion de l'ex-République de Gênes au Royaume de Sardaigne, au Congrès de Vienne en 1814, et à la proclamation du Royaume d'Italie, elle fait partie de la province de Gênes jusqu'au , quand le décret royal n. 2111, la place dans la province de Livourne ; pour l'Église catholique, elle reste dans l'archidiocèse de Gênes jusqu'au .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fort San Giorgio, située au sud de Capraia Isola
  • Torre del Porto (1541), dominant le port de Capraia Isola
  • Torre dello Zenobito (1545), située à l'extrême sud de l'île
  • Torre delle Barbici (1699).
  • Site de la Cala Rossa, à l'extrême sud de l'île.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Organisation Hydrographique Internationale Limites des mers et océans Site Internet: http://www.iho.int/iho_pubs/standard/S-23/S-23_Ed3_1953_FR.pdf
  2. Compagnie de ferry Toremar(it)
  3. Xavier Poli in La Corse dans l'Antiquité et dans le Haut Moyen Âge p. 182 avec en « Note de bas de page » : Historiæ Patriæ Monumenta, t. II, p. 269. CCXXVIII, 1150. Promessa di pace del re di Valenza Aboabdel-Melsemet-Ab-elsalt ai communi di Pisa per anni dieci avanti quali s'obliga a far si che i bastimenti di Pisani siano ricevuti liberamente e senza pagare diritto o gabelle, in tutti i suoi stati e specialmente nelle isole di Corsica, di Sardegna, di Capraia, d'Elba, di Pianosa e di Montechristo. (D'all'Archivio I. R. della Riformagioni di Firenze)
  4. Alerius Tardy in Fascinant Cap Corse Bastia Toga 1994

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]