Île Axel Heiberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec les îles Heiberg, nommées d'après la même personne
Île Axel Heiberg
Axel Heiberg Island (en)
Image illustrative de l'article Île Axel Heiberg
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Localisation Océan Arctique
Coordonnées 79° 26′ 00″ N, 90° 46′ 00″ O
Superficie 43 178 km2
Point culminant Pic Outlook (2 210 m)
Géologie Île continentale
Administration
Territoire Nunavut
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-6

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Île Axel Heiberg
Île Axel Heiberg

Géolocalisation sur la carte : Nunavut

(Voir situation sur carte : Nunavut)
Île Axel Heiberg
Île Axel Heiberg
Îles au Canada

L'île Axel Heiberg est une île de la région Qikiqtaaluk, Nunavat du Canada. Elle est la 31e plus grande île du monde en termes de superficie[1], et la 7e du Canada. Elle fait 43 178 km2, soit l'équivalent du Danemark.

C'est aussi une île membre des îles Sverdrup et des îles de la Reine-Élisabeth. L'île est connue pour ses fossiles datant de la période Éocène.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Par le passé, l'île était habitée par des Inuits avant d'être abandonnée. Entre 1898 et 1902, Otto Sverdrup mena une exploration à bord du Fram et explora un groupe d'îles que l'on nommera en son honneur. Parmi ces terres explorées, il y figure l'île Axel Heiberg qui tient son nom de l'homme ayant financé l'expédition. Cette dernière fut découverte en 1900. Au cours du XXème siècle, d'autres explorateurs ont visités l'île qui était alors revendiquée par la Norvège. Mais en 1930, Sverdrup signe un accord avec le gouvernement canadien pour lui céder les rapports de son expédition pour la somme de 67 000 dollars canadiens.

En 1955, des scientifiques de l'université McGill ont permit la création de la station de recherche arctique McGill [2] qui peut compter de 8 à 12 personnes. Les activités de cette station sont la glaciologie, le changement climatique, le pergélisol, l'hydrologie, la géologie, la géomorphologie, la limnologie et la microbiologie[3]. La station est active de mars à août. Les faibles températures de la station ( −15 °C ) permettent d'étudier la survie des micro-organismes en milieu hostile ce qui permet de simuler, entre autres, la survie des ces microbes sur des planètes plus froides que la Terre.

Pendant l'été 1972, une expédition d'une association anglaise, Army Mountaineering Association, permit de nommer le glacier Scaife.

Pendant l'été 1986, une expédition canadienne dirigée par le Dr James Basinger permit d'examiner des fossiles très inhabituels. Il y a 40 millions d'années, pendant l'ère Éocène, une forêt de petits arbres fleurit sur l'île. Ces arbres ont atteints une taille de 35 mètres de haut. À cette époque, le temps était chaud mais les hivers étaient continuellement noirs pendant trois mois. Alors, quand les feuilles tombaient de ces arbres, ils étaient protégés puis momifiés par le froid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « List of islands by area », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « McGill Arctic Research Station », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « MARS: McGill Arctic Research Station - McGill University », sur www.mcgill.ca (consulté le 25 juin 2017)