Étude op. 10, nº 12 (Chopin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Incipit de l’Étude révolutionnaire

L’Étude opus 10, no 12 en do mineur, connue sous le nom d'Étude révolutionnaire ou Étude sur le bombardement de Varsovie[1], est une œuvre pour piano seul écrite par Frédéric Chopin en 1831, et la dernière de son premier opus, Études op. 10, dédiée « à [son] ami Franz Liszt ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Étude révolutionnaire est inspirée de l'attaque de Varsovie par la Russie, lors de l'insurrection de novembre 1830-31.

La 12e Étude parut à la même période que les insurrections de novembre 1831. Chopin insuffla ses émotions sur le sujet dans de nombreux morceaux qu'il composa à cette période, l'Étude révolutionnaire en étant l'exemple le plus remarquable[2].

Contrairement aux études d'époques antérieures (des morceaux conçus pour mettre en avant et développer certains aspects de technique musicale), les études romantiques de compositeurs comme Chopin et Liszt sont des pièces de concert complètement abouties, mais représentent toujours un objectif pour améliorer sa technique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie de Korwin-Piotrowska, Fernand Baldensperger (édition) et Paul Hazard (édition) (Thèse de doctorat), Balzac et le monde slave, vol. 93, Paris, Université de Paris & H. Champion, (OCLC 489978309), p. 336.
  2. (en) Frederick Niecks, Frederic Chopin as a Man and Musician, Londres/New York, Novello, (1re éd. 1888) (OCLC 8150371, lire en ligne), p. 98.