Étomidate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étomidate
Étomidate
Étomidate
Identification
Nom UICPA [(1R)-1-phényléthyl]imidazole-4-carboxylate d'éthyle
No CAS 33125-97-2
No EINECS 251-385-9
Code ATC N01AX07
PubChem 667484
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C14H16N2O2  [Isomères]
Masse molaire[1] 244,289 ± 0,0133 g/mol
C 68,83 %, H 6,6 %, N 11,47 %, O 13,1 %,
pKa 4,24
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 100 % (IV)
Métabolisme Hydrolyse par les
estérases hépatiques
et plasmatiques
Demi-vie d’élim. 75 minutes
Excrétion

Urinaire (90 %)
Fécale (10 %)

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Anesthésique général
Voie d’administration Intraveineuse
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'étomidate (R16659) est un hypnotique de courte durée d'action utilisé par voie intraveineuse. Il est commercialisé sous forme de chlorhydrate d'étomidate (Hypnomidate).

Indications[modifier | modifier le code]

L'étomidate est indiqué pour l'induction des anesthésies générales, en médecine d'urgence pour l'intubation en séquence rapide, et parfois pour obtenir une simple sédation : réduction d'entorses, la cardioversion de certains troubles du rythme cardiaque, etc.

L'étomidate est particulièrement recommandé pour l'induction de l'anesthésie chez les patients présentant un équilibre hémodynamique instable (en particulier les patients hypotendus ou en état de choc).

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Il est formellement contre-indiqué en cas d'insuffisance surrénalienne et d'épilepsie.

Utilisation non médicale[modifier | modifier le code]

Le produit a été utilisé comme sédatif dans un cocktail lors de l'exécution de la peine capitale en Floride en remplacement du midazolam[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Thomas Guien, « Peine de mort : pour sa première exécution en 18 mois, la Floride utilise un nouveau sédatif déjà critiqué », LCI,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]