Éric Benoit (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éric Benoit.
Éric Benoit
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (61 ans)
Lieu Montbéliard (France)
Taille 1,70 m (5 7)
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1967-1974 Drapeau : France FC Sochaux
Parcours amateur
Saisons Club
1988-1989 Drapeau : France FC Dole
1989-1994 Drapeau : France US Oyonnax
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1974-1983 Drapeau : France FC Sochaux 196 (25)
1983-1985 Drapeau : France AS Monaco 062 0(2)
1985-1987 Drapeau : France Olympique de Marseille 027 0(3)
1987-1988 Drapeau : France Stade rennais 008 0(0)
1974-1988 Total 293 (30)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1988-1989 Drapeau : France FC Dole
1989-1996 Drapeau : France US Oyonnax
2002-2004 Drapeau : France SO Chambéry Foot
2005-2006 Drapeau : France Football Croix-de-Savoie 74B
2006-2007 Drapeau : France US La Ravoire
2007-2010 Drapeau : France SO Chambéry Foot B
2010-2011 Drapeau : France UO Albertville
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Eric Benoit est un footballeur français puis entraîneur né le 15 septembre 1956 à Montbéliard. Formé au FC Sochaux, il évolue au poste de milieu de terrain du milieu des années 1970 à la fin des années 1980. Il évolue ensuite à l'AS Monaco et à l'Olympique de Marseille avant de finir sa carrière professionnelle au Stade rennais.

Devenu entraîneur, il dirige de nombreuses équipes amateurs de la région savoyarde notamment le SO Chambéry Foot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Benoit commence le football en 1967 au sein du FC Sochaux[1] dont son père est le secrétaire général dans les années 1970[2]. Il intègre ensuite le centre de formation du club et dispute sa première rencontre avec l'équipe première lors de la saison 1974-1975[3]. La même saison, il atteint avec les juniors du club, notamment Bernard Genghini, la finale de la coupe Gambardella. Les jeunes sochaliens s'inclinent aux tirs aux buts, face au FC Nantes, après un match nul un partout dans le temps réglementaire[4]. Milieu de terrain défensif, Éric Benoit signe son premier contrat professionnel en 1976, saison où il intègre réellement l'équipe première disputant dix-huit rencontres du championnat[5]. Bon récupérateur et relanceur[6], il réalise en 1980 une saison pleine inscrivant onze buts en trente-huit matchs. Le club sochalien termine vice-champion de France à trois points du FC Nantes avec la meilleure attaque. La saison suivante, il participe à la campagne européenne du FC Sochaux en coupe UEFA qui s'arrête en demi-finale, une défaite quatre à trois sur les deux matchs, face à l'AZ Alkmaar. Souvent blessé lors de cette saison et celle suivante[7], il retrouve une place de titulaire en 1982-1983.

Demandé par de nombreux clubs[7], Éric Benoit s'engage finalement avec l'AS Monaco en 1983. Il remporte en début de saison avec ses coéquipiers la Coupe des Alpes. Les Monégasques s'imposent en finale sur l'AJ Auxerre deux buts à un[8]. En championnat, les joueurs de la principauté terminent vice-champion de France derrière les Girondins de Bordeaux avec le même nombre de points mais un goal-average défavorable. En coupe de France, il est victime de la concurrence au milieu de terrain[7] et ne dispute pas la finale perdue face au FC Metz. La saison suivante ressemble à la précédente, Éric Benoit remporte de nouveau la coupe des Alpes avec une équipe monégasque composée principalement de réservistes. L'ASM s'impose deux à zéro sur le Grasshopper Club Zurich[9]. Il atteint ensuite en octobre la finale de la Coupe de la Ligue où les monégasques sont battus, trois à un, par le Stade lavallois. En championnat, le club termine troisième et en coupe de France, il atteint la finale où il s'impose un à zéro sur le Paris Saint-Germain mais Éric Benoit ne dispute pas la rencontre.

Après deux saisons sous le maillot monégasque, Éric Benoit s'engage avec l'Marseille. Il ne parvient pas à s'imposer en équipe première[5] et la saison suivante, qui voit l'OM terminer vice-champion de France derrière les Girondins de Bordeaux, il ne dispute que deux rencontres. Il rejoint alors le Stade rennais en division 2. Il dispute les huit premières rencontres de l'équipe mais sort ensuite de l'effectif professionnel et met en fin de saison un terme à sa carrière professionnelle[5].

Éric Benoit rejoint alors le FC Dole comme entraîneur-joueur[1]. Le club qui évolue en division d'honneur de Franche-Comté termine troisième en fin de saison[10]. Il quitte alors le club pour rejoindre l'US Oyonnax, en division d'honneur Rhône-Alpes, toujours comme entraîneur-joueur[1]. Enfin de saison, le club descend en division d'honneur régionale à la suite d'une onzième place[11]. Vainqueur du groupe B de division d'honneur régionale en 1991, l'US Oyonnax termine deuxième de DH en 1992 à un point du Vaulx-en-Velin FC[12]. En fin de saison 1994, Éric Benoit quitte les terrains pour n'occuper que la fonction d'entraîneur[1]. Le club est de nouveau relégué en DH régionale en 1995 et en 1996, il quitte le club. Après trois saison sabbatiques, il revient en 1999 au club, devenu depuis l'Oyonnax Plastic Vallée football club, comme responsable technique des équipes de jeunes[1]. Il exerce cette fonction pendant deux ans avant de nouveau s'arrêter pendant un an.

En 2002, Eric Benoit est engagé comme entraîneur du SO Chambéry Foot. Le club remporte sous ses ordres le groupe C de la division d'honneur régionale Rhône-Alpes en 2003 puis termine sixième de division d'honneur l’année suivante[13]. Il prend alors de nouveau une saison sabbatique avant d'être engagé comme entraîneur de l'équipe B du Football Croix-de-Savoie 74 en 2005[1]. Cette expérience ne dure qu'une saison et il rejoint l'année suivante l'US La Ravoire[5] qui évolue en division d'honneur excellence. Onzième en fin de saison, le club descend en promotion d'honneur[14]. Il quitte alors le club et retourne au SO Chambéry où il s'occupe de l’équipe réserve. Il remporte avec cette équipe la promotion d'honneur régionale en 2009[15]. Après trois ans au club, il rejoint en 2010 l'UO Albertville comme entraîneur mais ne reste qu'une saison en fonction[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Éric Benoit dispute 242 matchs en Division 1 pour 28 buts marqué et 8 rencontres de division 2[3]. Avec le FC Sochaux, il est Vice-champion de France en 1980 et avec le juniors du club, il est finaliste de la coupe Gambardella en 1975.

Sous les couleurs de l'AS Monaco, il est de nouveau vice-champion de France en 1984. Il remporte également la Coupe des Alpes en 1983 et 1984 et il est finaliste de la Coupe de la Ligue en 1984. Avec l'Olympique de Marseille, il est de nouveau vice-champion en 1987.

Éric Benoit est également international espoirs.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel d'Éric Benoit durant sa carrière de joueur professionnel[3].

Statistiques d'Éric Benoit
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B C M B M B
1974-1975 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 1 0 - - - - - 1 0
1975-1976 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 1 0 1 0 - - - 2 0
1976-1977 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 18 1 6 1 C3 1 0 25 2
1977-1978 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 24 1 6 0 - - - 30 1
1978-1979 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 29 7 1 0 - - - 30 7
1979-1980 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 37 11 6 0 - - - 43 11
1980-1981 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 13 2 - - C3 5 0 18 2
1981-1982 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 15 2 - - - - - 15 2
1982-1983 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 30 0 1 0 C3 1 0 32 0
1983-1984 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 26 1 3 0 - - - 29 1
1984-1985 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 25 1 6 0 C3 2 0 33 1
1985-1986 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 1 21 2 1 0 - - - 22 2
1986-1987 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 1 2 0 3 1 - - - 5 1
1987-1988 Drapeau de la France Stade rennais Division 2 8 0 - - - - - 8 0
Total sur la carrière 250 28 34 2 - 9 0 293 30

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2005-2006, Saint-Germain en Laye, DT Sport International, , 736 p. (ISBN 2-9515650-6-2), p. 207
  2. « Éric Benoît complete profile on Playerhistory », sur soccerdatabase.eu (consulté le 21 août 2012)
  3. a, b et c « Football : Éric Benoit », sur footballdatabase.eu (consulté le 17 août 2012)
  4. Jacques Ferran et Jean Cornu, « Compétitions françaises », Football 76 Les cahiers de l'équipe, no 57,‎ , p. 189
  5. a, b, c et d « Éric Benoît - Fiche et statistiques », sur stade-rennais-online.com (consulté le 20 août 2012)
  6. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Dictionnaire de la division 1 », Football 84-85, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 33
  7. a, b et c « ASMFoot.fr - Fiche de Joueur », sur asmfoot.fr, (consulté le 20 août 2012)
  8. Erik Garin, « Cup of the Alps 1983 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 20 août 2012)
  9. Erik Garin, « Cup of the Alps 1984 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 20 août 2012)
  10. « Football - Résultats de DH Franche-Comte Saison 1989 », sur footballenfrance.fr (consulté le 20 août 2012)
  11. « Football - Résultats de DH Rhone-Alpes - 1990 », sur footballenfrance.fr (consulté le 20 août 2012)
  12. « Football - Résultats de DH Rhone-Alpes - 1992 », sur footballenfrance.fr (consulté le 20 août 2012)
  13. « chambery », sur footballenfrance.fr (consulté le 20 août 2012)
  14. « Palmarès - club de football US La Ravoire », sur usr.footeo.com (consulté le 20 août 2012)
  15. « Actualité - Les Seniors (1) en HR », sur chamberyfoot73.footeo.com, (consulté le 20 août 2012)
  16. Jérôme Bois, « Football : des rivalités locales qui n'arrondissent pas le ballon », sur lasavoie.fr, La Savoie, (consulté le 20 août 2012)