Église Saint-Pierre de Bommiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Pierre et Saint Pierre.

Église Saint-Pierre
de Bommiers
Image illustrative de l’article Église Saint-Pierre de Bommiers
L'église Saint-Pierre, en 2013.
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Bourges
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1921)
Géographie
Pays France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Commune Bommiers
Coordonnées 46° 47′ 42″ nord, 1° 59′ 05″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Pierre de Bommiers

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Église Saint-Pierre de Bommiers

Géolocalisation sur la carte : Indre

(Voir situation sur carte : Indre)
Église Saint-Pierre de Bommiers

L'église Saint-Pierre de Bommiers est une église catholique française. Elle est située sur le territoire de la commune de Bommiers, dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Situation[modifier | modifier le code]

L'église se trouve dans la commune de Bommiers, à l'est[2] du département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire. Elle est située dans la région naturelle du Boischaut Sud. L'église dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné de Champagne Berrichonne[3] et de la paroisse d'Issoudun-Sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église fut construite entre le XIIe siècle[4] et le XVIIIe siècle[4].

L'église Saint-Pierre[5],[6] est déjà citée dans une bulle donnée par le pape Pascal II, en 1151, en faveur de l'abbaye de Déols. Pour être plus précis, à cette époque, l'église Saint-Pierre[7],[8] relevait du monastère de Vouillon qui dépendait de l'abbaye de Déols. La construction de l'église ne semble pas remonter de beaucoup avant cette date. Il ne subsiste apparemment aucun document concernant la construction de cette église. Le plus ancien document remonte en 1773 et concerne des travaux de réparation dans le chœur. D'autres réparations ont été faites en 1838.

L'architecte Dauvergne a refait à neuf le portail occidental et les fenêtres de la nef en 1854.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques, le [4].

Description[modifier | modifier le code]

L'église est à nef unique. Le carré du transept est plus étroit que la nef. Cette solution permet de communiquer par d'étroits passages placés de part et d'autre des piliers supportant la croisée et appelés « passages berrichons ». Les piliers de la croisée supportent des chapiteaux historiés (le Christ remet les clés à saint Pierre, Sacrifice d'Abraham). Certains détails apparentent ces sculptures à celles de Bourgogne. Une coupole à huit pans montée sur trompes recouvre la croisée. Dans chaque croisillon il y a une chapelle fermée par une absidiole voûtée en cul de four. Des réfections y ont été faites en 1838.

Le chœur se trouve dans le prolongement des piliers de la croisée, il est donc moins large que la nef. Il est surélevé de plusieurs marches. Au cours des réfections de 1839, on y a retrouvé un caveau qui renfermait des ossements humains.

L'église possède des stalles sculptées des armes des familles de La Trémoille, de Bourbon-Roussillon et de Chabannes. Ces stalles viennent du couvent des Minimes qui existait autrefois à Bommiers, près du château dont il reste des ruines. En 1511, Jacques de La Trémoille, seigneur de Bommier, avait épousé Avoye de Chabannes, fille de Jean de Chabannes, comte de Dammartin, et de Suzanne de Bourbon-Roussillon. Jacques de La Trémoille étant mort en 1515, on peut en déduire la période de fabrication de ces stalles. Ces stalles ont dû être transportées dans l'église avant 1790.

Voici les dimensions[9] de l'église :

  • longueur totale dans œuvre : 34,40 m ;
  • largeur de la nef dans œuvre : 8 m ;
  • longueur de la nef dans œuvre : 22 m ;
  • hauteur de la coupole : 9,50 m ;
  • longueur du transept dans œuvre : 16,50 m ;
  • hauteur à la clef des arcs du transept : 7,35 m.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Google Maps, consulté le 10 octobre 2012.
  2. Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 octobre 2012.
  3. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné de Champagne Berrichonne, consulté le 4 mai 2013.
  4. a b et c « Église Saint-Pierre de Bommiers », notice no PA00097283, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 10 octobre 2012.
  5. La Nouvelle République du Centre-Ouest, édition de l'Indre du 19 septembre 2009.
  6. François Deshoulières, Congrès archéologique de France : 94e session, Paris, Société Française d'Archéologie, , « Bommiers », p. 510-520.
  7. Jean Cabanot, Congrès archéologique de France : 142e session, Paris, Société Française d'Archéologie, , « Saint-Pierre de Bommiers », p. 20-32
  8. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Guide du patrimoine Centre Val de Loire, Paris, Hachette, (ISBN 2010185382), p. 186.
  9. Berry Roman, Volume 32 collection "la nuit des temps".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Cabanot, Saint-Pierre de Bommiers, vol. 142e session Bas-Berry 1984, Paris, Société française d'archéologie, coll. « Congrès archéologique de France », , p. 20 à 32.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]