Église Saint-Martin de Glénay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Saint-Martin de Glénay
Image dans Infobox.
Présentation
Destination initiale
lieu de culte catholique
Diocèse
Paroisse
Paroisse Saint-Théophane-Vénard-en-Thouarsais (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Religion
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Le bourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Martin est une église catholique située à Glénay, dans le département des Deux-Sèvres, en France[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les fondations de l'édifice datent du XIIe siècle. Durant le Moyen-Âge, l'actuel clocher était un donjon[a]. L'église a été fortifiée au XIVe siècle par Jean de Beaumont[2]. Un souterrain-refuge, creusé à la même époque[b], permettait aux villageois de s'y cacher lors de périodes de troubles et de pillages.

Jusqu'à la Révolution, les gisants de René de Vignerot et de son épouse Françoise du Plessis de Richelieu, sœur du Cardinal Richelieu, sculptés par Michel II Bourdin, reposaient dans le chœur de l'église. Après plusieurs déménagements, ils reposent depuis 1936 dans la chapelle sainte-Marguerite du château de Glénay.

Le retable datant du XVIIe siècle représente Saint-Hilaire de Poitiers, contemporain de Saint-Martin.

L'église Saint-Martin a été rénovée au cours du XIXe siècle. Le Palais, un petit bâtiment accolé au clocher et au servait de lieu de réunion aux paroissiens, jusqu'à sa destruction dans les années 1970.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1929[1].

Une campagne de restauration du clocher a été initiée par la commune avec l'aide de fonds publics et privés en 2017[3].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. p. 289.
  2. L'accès est aujourd'hui caché dans la cour de la mairie, sur le versant nord du chœur de l'église.

Références[modifier | modifier le code]

  • Henri Gallais, Glénay : Son vieux château,son église fortifiée depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution, Paris, Le Livre d'histoire, Paris, , 382 p. (ISBN 978-2-7586-0547-8)
  • Autres références
  1. a et b « Église Saint-Martin », notice no PA00101239, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Acte de 1386, Chartrier de Saint-Loup, Archives départementales des Deux Sèvres.
  3. « https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/glenay/la-descente-des-trois-cloches », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2018).