Église Saint-Martin-de-Tours d'Amanlis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Martin-de-Tours
Image illustrative de l’article Église Saint-Martin-de-Tours d'Amanlis
Présentation
Culte catholique
Dédicataire saint Martin de Tours
Type église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux 1645
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1974)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Amanlis
Coordonnées 48° 00′ 25″ nord, 1° 28′ 29″ ouest
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Martin-de-Tours
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Église Saint-Martin-de-Tours

L'église Saint-Martin-de-Tours est une église située à Amanlis, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située sur la commune d'Amanlis, dans le département d'Ille-et-Vilaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Le monument est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 21 février 1974[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur[modifier | modifier le code]

Vitraux[modifier | modifier le code]

Mobilier[modifier | modifier le code]

Les retables[modifier | modifier le code]

La chaire[modifier | modifier le code]

L'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue de l'église d'Amanlis.

Les archives paroissiales permettent de savoir que l'église d'Amanlis était dotée d'un orgue au début du XVIIIe sans plus de précisions. Outre la mention d'un organiste en 1712, elles révèlent que l'instrument nécessitait des travaux vingt ans plus tard et qu'il fut vendu en 1742.

L'orgue actuel fut construit en 1869 par le rennais René Fiquémont. Installé dans un premier temps sur une tribune sous l'arcade entre le chœur et la chapelle nord, il migra en 1919 derrière le maître-autel avant de rejoindre en 1942 son emplacement actuel, dans la chapelle de la Vierge.

Entretenu par les manufactures Claus, Gaudu puis Sévère, ce petit instrument compte un clavier avec pédalier à l'allemande en tirasse. La console est en fenêtre, la traction mécanique. Le buffet s'organise autour d'une plate-face centrale de 15 tuyaux, la base étant incurvée et le sommet trilobé. De part et d'autre, deux plates-faces présentent chacune cinq chanoines (faux tuyaux en bois peint) logés sous une arcade ogivale également trilobée[2].

La composition de l'orgue est la suivante :

Positif Ut1-Fa5
Bourdon 16′
Bourdon 8′
Flûte 8'
Prestant 4'
Doublette 2'
Plein-Jeu II rangs
Cromorne 8'
Pédale Ut1-Fa3
En tirasse permanente

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église », notice no PA00090494, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Sabine Morvézen (dir.), Orgues en Ille-et-Vilaine. Inventaire national des orgues., Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2006, 358p., (ISBN 2-7535-0153-X), pp.82-83.