Édouard Chatton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Chatton
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Édouard Pierre Léon ChattonVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
ChattonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Édouard Pierre Léon Chatton est un zoologiste et un biologiste marin français, né le à Romont et mort le à Banyuls-sur-Mer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Suisse à Romont[1], il est dès l'enfance fasciné par la biologie. Il étudie à Belfort où il obtient son baccalauréat en 1901, puis à Paris Sorbonne ; d'abord attiré par la botanique, il s'oriente vers la protozoologie, obtenant son certificat d’études (1905), sa licence en sciences biologiques (1905) et enfin son doctorat (1919).

Dès 1905, il découvre les péridiniens parasites dans le tube digestif des copépodes au Laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer. Dès lors, il ne cessera de fréquenter différentes stations océanologiques[2].

De 1907 à 1919, il est chef de laboratoire à l’Institut Pasteur dans le service de Félix Mesnil (1868-1938). En 1913, il est à l'Institut Pasteur de Tunis, où Charles Nicolle lui confie plusieurs études.

Durant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé en , puis blessé l’année suivante. En 1918, il est affecté en Tunisie, à Gabès, où il crée et dirige le laboratoire de bactériologie du Sud-Tunisien. Il reçoit diverses décorations dont la croix de guerre et la médaille coloniale. Il devient le collaborateur et le suppléant de Charles Nicolle à Tunis.

En 1919, il est maître de conférences à l’université de Strasbourg, puis professeur titulaire de biologie générale (1922). En 1925, il propose une classification du monde vivant en deux types cellulaires qu'il nomme Procaryotes (organismes à cellules sans noyau) et Eucaryotes (organismes à cellules avec noyau).

En 1927, Il dirige l’Institut de zoologie et de biologie générale de l'université de Montpellier, et la station de biologie marine de Sète. En 1930, il est directeur du laboratoire de protistologie à l’École pratique des hautes études[2].

En 1937, il devient professeur de biologie marine à la faculté des sciences de Paris, et directeur des stations de Villefranche-sur-Mer, et de Banyuls-sur-Mer où il meurt le .

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Chromidina chattoni, une espèce de Protozoaire nommée en 2016 en l'honneur d'Édouard Chatton

Chatton est l’auteur de plus de 250 publications notamment dans les revues : Bulletin de l'Institut Océanographique, Bulletin biologique de la France et de la Belgique, Bulletin de la Société zoologique de France, Bulletin de la Société de pathologie exotique.

Édouard Chatton fut le premier à observer les différents systèmes d'organisation cellulaire existant entre les Procaryotes et les Eucaryotes et proposa ces termes en 1925 dans l'article Pansporella perplexa : Réflexions sur la biologie et la phylogénie des Protozoaires[3].

Il décrit 60 genres nouveaux et 150 espèces inédites de Protozoaires[4]. Édouard Chatton contribua à la connaissance des Dinoflagellés et des Ciliés[5].

Edouard Chatton a associé à ses travaux de nombreux élèves et collaborateurs, dont sa propre épouse Marie Chatton. Certains sont devenus célèbres comme André Lwoff (Prix Nobel de médecine en 1965)[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Pansporella perplexa. Réflexions sur la biologie et la phylogénie des protozoaires' », dans Annales des Sciences Naturelles - Zoologie et Biologie Animale, 10e serie, vol. VII, p. 1-84 lire en ligne sur Gallica.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Amigo, « Chatton (Édouard, Pierre, Léon », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  2. a b et c Ian Humpery-Smith, Sept siècles de parasitologie en France, Société Française de Parasitologie - Paris, , p. 173-177.
  3. Jan Sapp, « The Prokaryote-Eukaryote Dichotomy: Meanings and Mythology ».
  4. Edouard Chatton (1883-1947), Repères chronologiques, Archives de l'Institut Pasteur.
  5. Marie-Odile Soyer-Gobillard, Edouard Chatton (1883-1947), précurseur de la Protistologie moderne. Journées Edouard Chatton, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle de Perpignan, 1990, I:6-13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Chatton, Titres et Travaux scientifiques (1906-1937), Imprimerie Sottano, Sète, 1937, 59 p.
  • André Lwoff, « La vie et l'oeuvre d'Edouard Chatton », dans Archives de zoologie expérimentale et générale, vol. 85, 1947-1948, p. 121-137.
  • Émile Roubaud, « Nécrologie Edouard Chatton », dans Bulletin de la Société de pathologie exotique, vol. 40, 1947, p.308-309.
  • Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs de la Faculté des sciences de Paris. Dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, Institut national de recherche pédagogique et CNRS Éditions, 1989, 270 p. (ISBN 2-222-04336-0)
  • Catherine Jessus et Vincent Laudet, Les vies minuscules d'Édouard Chatton, Paris, CNRS éditions, coll. « Étonnant vivant », , 284 p. (ISBN 978-2-271-13403-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Chatton est l’abréviation botanique standard de Édouard Chatton.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Chatton est l’abréviation habituelle de Édouard Chatton en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie