Écriture impressionniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Impressionnisme.
Frédéric Bazille, L'atelier de Bazille, 9, rue la Condamine, huile sur toile, 1870. Y seraient présents Émile Zola (sur l'escalier), Edmond Maître ou encore Zacharie Astruc.

L'impressionnisme en littérature, défini par son objet et son but à la différence du procédé d'écriture impressionniste enseigné par Peter Altenberg et illustré par Henri-Pierre Roché, est un style d'écriture issu du symbolisme associant contemplation de la nature et sentiment intérieur[réf. nécessaire]. Il présente notamment les caractéristiques de s'intéresser aux sensations produites par les paysages lumineux et leurs variations, et à décrire ceux-ci par petites touches comme autant d'effets.

Le genre est illustré au début du XXe siècle par Fernando Pessoa, Jean Moréas[1], Jean-Louis Vaudoyer, Emile Henriot[2]. On le retrouve dans de nombreuses œuvres, telles L'Œuvre d'Émile Zola, Romances sans paroles de Paul Verlaine, Du côté de chez Swann de Marcel Proust, la prose de Jean-Pierre Burgart ou encore Enfance de Nathalie Sarraute.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Moréas, Paysages et sentiments, E. Sansot & cie., 1906.
  2. F. de Miomandre, Rubrique Livres nouveaux, in L'Art Moderne n°3, p. 19, Bruxelles, 16 janvier 1910.