Zimmerit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un Panther revêtu de Zimmerit
Vue rapprochée sur la Zimmerit sur la tourelle d'un Tigre II

La Zimmerit est un revêtement produit pour les blindés allemands durant la Seconde Guerre mondiale afin de combattre les attaques par mines magnétiques, et ce bien que l'Allemagne fût le seul pays à utiliser en grand nombre les mines magnétiques contre les blindés. Il a été créé par la firme allemande Chemische Werke Zimmer AG[1].

Principe d'action[modifier | modifier le code]

Le revêtement est une barrière qui prévient tout contact direct entre une mine magnétique et la surface métallique du véhicule. Il est strié pour accroitre son épaisseur effective. Cette épaisseur réduit l'attraction magnétique et permet le détachement de la mine simplement grâce à son poids et aux vibrations du véhicule. La Zimmerit ne possède pas de propriétés anti-magnétique, mais empêche simplement le contact direct avec l'acier[1],[2].

Déploiement[modifier | modifier le code]

Vue rapprochée sur la Zimmerit sur le glacis d'un Tigre II
Italie 1944, Panzerjäger Tiger - Elefant revêtu de Zimmerit

La Zimmerit est appliquée sur certains chars et sur certains canons automoteurs sous casemate produits entre décembre 1943 et le 9 septembre 1944[2]. Elle est rarement appliquée sur des véhicules blindés à ciel ouvert. L'aspect brut de la couche de Zimmerit donne une apparence distincte aux véhicules revêtus.

L'application de la Zimmerit était fait généralement en usine.

Les nombreuses variantes d'application, du schéma régulier en forme de crête, à un motif gaufré (moins courant), sont principalement liés à l'usine de fabrication de chaque type de véhicules blindés. Par exemple, le motif gaufré a été observé presque exclusivement sur canons d'assaut Sturmgeschütz III. En général, les véhicules déjà en circulation n'ont pas été dotés de couches de Zimmerit.

L'application en usine de la Zimmerit a été interrompue le 9 septembre 1944 et sur le terrain le 7 octobre 1944[3]. Cela est dû à des présomptions non fondées que les impacts de projectile pourrait y mettre le feu. Elles se sont révélées fausses, mais l'ordre n'a jamais été annulé[2],[3].

Une raison possible de la non révocation de cet ordre est que l'application et le séchage de la pâte rallonge de quelques jours la durée de production de chaque véhicule[1], ce qui était difficilement acceptable à ce moment-là, car il y avait une pénurie de chars.

Après la guerre, les Britanniques ont effectué des essais d'un matériau similaire sur les chars Churchill, mais ils ont décidé de ne pas le mettre en œuvre. Aucun matériau similaire n'a été utilisé sur des chars d'après-guerre, sans doute parce que l'utilisation généralisée de lanceurs de roquettes HEAT portatifs tel que le bazooka ont rendu les mines magnétiques obsolètes.

Composition[modifier | modifier le code]

La pâte est composée de[1],[2] :

Véhicules sur lesquels ont été appliqués la Zimmerit[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Spalding 1983
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Rottman 2005 p. 19.
  3. a et b Jentz et Doyle 1993, p. 20

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Zimmerit » (voir la liste des auteurs)
  • (en) Thomas Jentz et Hilary Doyle, Kingtiger Heavy Tank, 1942-45, London, Osprey,‎ 1993, poche (ISBN 978-1-85532-282-0)
  • (en) Gordon Rottman, World War II Infantry Anti-Tank Tactics, City, Osprey Publishing (UK),‎ 2005, poche (ISBN 978-1-84176-842-7, OCLC 57061535)
  • (en) Donald Spalding, « ZIMMERIT: Production and Application Methods », AFV NEWS, no Jan-Apr,‎ 1983 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :