Polyacétate de vinyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poly(acétate de vinyle)
Polyacétate de vinyle
Identification
No CAS 9003-20-7
SMILES
Propriétés chimiques
Formule brute C4H6O2  [Isomères](C4H6O2)n
Masse molaire[1] 86,0892 ± 0,0042 g/mol
C 55,81 %, H 7,02 %, O 37,17 %,
Propriétés physiques
transition vitreuse 30 °C[2]
Paramètre de solubilité δ 19,62 MPa1/2 (25 °C)[3];
19,1 à 22,6 J1/2·cm-3/2[4]
Propriétés électroniques
Constante diélectrique 3,5 (1 MHz, 50 °C)
8,3 (1 MHz, 150 °C)[5]
Propriétés optiques
Indice de réfraction n^{ 20 }_{  }  1,461,47[6]
Précautions
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[7]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le poly(acétate de vinyle), ou acétate de polyvinyle, abrégé en PVAc (mais parfois aussi PVA, à ne pas confondre avec le PVA désignant l'alcool polyvinylique) est un polymère synthétique. Il est synthétisé par polymérisation de l'acétate de vinyle. L'hydrolyse complète ou partielle de ce polymère permet de fabriquer l'alcool polyvinylique ; il s'agit d'une saponification. Cette réaction a été découverte par le chimiste allemand Fritz Klatte en 1912.

Utilisations[modifier | modifier le code]

  • Le PVAc est vendu en guise de colle sous forme d'émulsion dans de l'eau. Il s'agit de la « colle blanche » particulièrement efficace sur les matériaux poreux comme le bois, le papier ou le tissu. Ainsi, la colle PVAc est utilisée notamment dans la fabrication de livres (pour sa flexibilité et son caractère non-acide contrairement à beaucoup de polymères).
  • On emploie également le poly(acétate de vinyle) pour fabriquer des copolymères plus coûteux avec des acrylates. Ils sont exploités dans la chimie du papier, des peintures et celle des revêtements industriels.
  • Il est utilisé également pour protéger les fromages des moisissures et de l'humidité.
  • Il est attaqué par l'alcali, qui lui fait subir une hydrolyse aboutissant à la formation d'acide acétique.
  • Enfin, le PVAc est couramment utilisé pour fabriquer du papier-mâché.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Charles E. Wilkes, James W. Summers, Charles Anthony Daniels, Mark T. Berard (trad. de l'indonésien), PVC Handbook, Munich, Hanser Verlag,‎ 2005, 1e éd. (ISBN 978-1-56990-379-7, LCCN 2005013540, lire en ligne)
  3. (en) James E. Mark, Physical Properties of Polymer Handbook, Springer,‎ 2007, 2e éd., 1076 p. (ISBN 0387690026, lire en ligne), p. 294
  4. (en) Jozef Bicerano, Prediction of polymer properties, New York, Marcel Dekker,‎ 2002, 3e éd., 746 p. (ISBN 0-8247-0821-0), p. 196
  5. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc,‎ 2009, 90e éd., Relié, 2804 p. (ISBN 978-1-420-09084-0)
  6. (en) J. G. Speight, Norbert Adolph Lange, Lange's handbook of chemistry, McGraw-Hill,‎ 2005, 16e éd., 1623 p. (ISBN 0071432205), p. 2.807
  7. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Évaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 août 2009)