Zashiki warashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le zashiki warashi (座敷童, zashiki warashi?), parfois appelé zashiki bokko (座敷童子, zashiki bokko?), est un yōkai japonais de type « esprit de la maison ». Le nom provient de zashiki, pièce traditionnelle d'une auberge ryokan, et de warashi ou bokko, termes archaïques pour enfant ou jeune femme, ces esprits étant généralement représentés par un petit garçon ou une jeune fille. Ils représentent de ce fait la pureté. La légende est supposée originaire de la région de Tōhoku, mais s'est installée depuis dans la mythologie japonaise.

Il est dit que l'arrivée d'un zashiki warashi dans une maison apporte la bonne fortune; son départ entraînant un net déclin du domaine. Cet aspect est tellement ancré dans la culture japonaise que les entreprises, soucieuses d'avoir la chance avec elles, ont construit des pavillons pour abriter les esprits. Cela peut sembler futile car les zashiki warashi sont censés préférer les vieilles maisons aux bureaux et laboratoires neufs, ne résidant que dans des habitations occupées.

Pour attirer et retenir un zashiki warashi chez soi, il est dit que l'esprit doit être estimé et élevé comme son propre enfant. Toutefois, trop d'attention peut le faire fuir. Étant de nature enfantine, il lui arrive de faire des farces, voire des méfaits. En ce cas, il est conseillé de parler gentiment à l'esprit et d'oublier cet écart.

De nos jours, ils sont réputés s'être retirés dans les montagnes. Un ancien ryōkan le Ryokufuso (緑風荘, ryokufuso), dans la préfecture d'Iwate est réputé héberger un zashiki depuis fort longtemps, et reste de fait toujours comble, grâce aux voyageurs espérant l'apercevoir[1]. Ce dernier a cependant été détruit, suite à un incendie[2].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Kenji Miyazawa a écrit 2 histoires sur les zashiki warashi : Matasaburo of the Wind et The Story of the Zashiki-Bokko.
  • Le mangaka Senno Knife a écrit une histoire sur un zashiki bokko plus âgé et sexualisé dans le volume deux de son anthologie Sepia.
  • Une zashiki warashi figure parmi les personnages principaux du webcomic Cafe Tengu[1]
  • Une zashiki warashi apparait plusieurs fois dans le manga et anime xxxHOLiC, étant amoureuse du personnage principal, Kimihiro Watanuki.
  • Un zashiki warashi apparaît dans une histoire de La Tragédie de P de Rumiko Takahashi
  • Shinobu, personnage de Urusei Yatsura de Rumiko Takahashi, n'a besoin que d'un kimono, et d'aucun maquillage, pour ressembler à un zashiki warashi, ce qui vexe la jeune fille.
  • Kiri Komori, un personnage du manga et anime Sayonara Zetsubō sensei est prise pour un zashiki warashi car vivant recluse dans sa chambre comme une hikikomori.
  • Une zashiki warashi met sens dessus-dessous les Productions Parthénon dans l'épisode 18 de Creamy, merveilleuse Creamy (Mahō no Tenshi Creamy Mami) : Les aventures du Zashiki warashi.
  • Il est fait mention d'une zashiki warashi dans l'épisode 36 de Angel Heart, intitulé la petite fille qui apporte la chance.
  • L'heroine de Kimi ni Todoke est appelée dans sa jeunesse "Zashiki Warashi" du fait de son look
  • Dans le manga Zettai Shonen un petit "garçon-esprit" appeler Wakkun est référencer comme un "zashiki warashi"
  • Dans le manga Ojousama to Youkai Shitsuji, le majordome de Mlle Kirishima dit être un "Zashiki Warashi"
  • Dans l'anime Hetalia , une petite fille fantôme zashiki warashi court autour de la maison de Japon (Kiku), mais seul Angleterre (Arthur) parvient à la voir.
  • Dans le manga Jigoku sensei Nube (地獄先生ぬ〜べ〜), "zashiki warashi" est un personnage récurrent. il fait sa première apparition au chapitre 20.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]