William Charles Dement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


William Charles Dement, né le 29 juillet 1928 à Wenatchee dans l'État de Washington[1], est un pionnier de la recherche sur le sommeil aux États-Unis et il est le fondateur du Sleep Research Center, le premier laboratoire du sommeil au monde, à l'université Stanford. Il est une des principales autorités en matière de sommeil, de privation de sommeil et de diagnostic et traitement des troubles du sommeil comme l'apnée du sommeil et la narcolepsie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, en tant qu'étudiant en médecine à l'Université de Chicago, il fut le premier à étudier intensivement la relation entre le mouvement oculaire rapide et le rêve, après que son camarade d'études Eugene Aserinsky lui ait signalé que « le Dr. Kleitman et moi pensons que ces mouvements oculaires peuvent être en relation avec le rêve. » Puis il entreprit son travail sur la privation de sommeil au Mount Sinai Hospital à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il fut un des premiers à étudier les sujets endormis à l'aide de l'électroencéphalogramme. À partir de ces enregistrements, il découvrit et nomma les cinq phases de sommeil. En collaboration avec le docteur Christian Guilleminault, il proposa l'échelle qui est toujours en usage pour la définition clinique de l'apnée du sommeil et la mesure de sa sévérité, l'Index d’apnées et hypopnées (AHI ou AIH).

En 1975, il fonda l'American Sleep Disorders Association, connue maintenant sous le nom de American Academy of Sleep Medicine, dont il fut le président pendant les douze premières années. La même année, il inventa avec Mary Carskadon le Test de latence au sommeil ou Test itératif de latence à l'endormissement (Multiple Sleep Latency Test ou MSLT).

De 1971 jusqu'à sa retraite en 2003, il donna le cours Sleep and Dreams à l'université Stanford.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avoir un bon sommeil, coécrit avec Christopher Vaughan, Éditions Odile Jacob pour la traduction française, 2000. Ouvrage destiné au grand public.

Notes et références[modifier | modifier le code]