Valentina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valentina est l'héroïne d'une bande dessinée érotique et pornographique de Guido Crepax apparue en 1965 dans le n° 2 de la revue italienne Linus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Valentina Rosselli est une jeune et gracieuse jeune femme qui, d'après Guido Crepax, serait née en 1942 à Milan. Photographe professionnelle, elle exerce son métier en free Lance ce qui lui permet d'évoluer dans les milieux les plus variés. Lors de ses pérégrinations, elle fait la connaissance de Neutron, un curieux personnage doué de pouvoirs surnaturels, qui se révèle être Philippe Rembrandt, un critique d'art américain et criminologue à ses heures perdues. Celui-ci devient son mari et ensemble ils ont un fils, Mattéo, né en 1971. Onze ans plus tard, Mattéo meurt dans un attentat alors que l'Italie est confrontée à la montée des Brigades rouges.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ressemblant à Louise Brooks, Valentina est brune, les cheveux courts avec des allures de garçonne. C'est une femme élégante, intelligente et libérée qui vit ses fantasmes sans retenue. Avec ce personnage longiligne et presque asexué, Guido Crepax s'adresse à un public intellectuel et raffiné très éloigné des productions érotiques populaires et des femmes plantureuses qu'ils présentent. C'est ainsi que Valentina, héroïne très cérébrale, n'a aucune hésitation à plonger au cœur de son inconscient et à vivre ses fantasmes sadomasochistes peuplés de hobereaux espagnols du XVIIIe siècle ou d'officiers nazis pervers.

Âgée d'une vingtaine d'années au début de ses aventures, Valentina vieillit au fil des épisodes, en même temps que son auteur, et devient une femme d'âge mûr n'ayant rien perdu de sa sensualité. En effet, Guido Crepax déclarait que : « Quand j’étais gamin, je haïssais le fait que les personnages des bandes dessinées ne vieillissaient jamais ». En 1996, Il met fin à la carrière de son héroïne dans un épisode qu'il intitule Au diable Valentina ! (Al diavolo, Valentina).

Publications[modifier | modifier le code]

Valentina apparait en 1965 comme personnage secondaire dans le n° 2 de la revue italienne Linus. Au fil des épisodes, elle acquiert son indépendance et, en 1968, possède sa propre série dans l'éphémère revue Ali-Baba. Valentina revient ensuite dans Linus, puis dans Conic Art et dans la revue Corto Maltese.

La série est publiée en France dans le mensuel Hara-Kiri à partir de juin 1968 (n° 81) puis dans Charlie Mensuel à partir d'octobre 1970 (n° 21). Elle fait également l'objet d'albums aux éditions Losfeld (1969), Dargaud (1983), Futuropolis (1985 à 1986) et Albin Michel (1991).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]