Troisième bataille de Panipat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Troisième bataille de Panipat
The Third battle of Panipat 13 January 1761.jpg
Informations générales
Date 14 janvier, 1761
Lieu Panipat, actuellement dans l’état d’Haryana (Inde)
Casus belli Occupation du Punjab par les Maratha
Demande d’assistance par les intellectuels musulmans et les chefs Rohilla.
Issue victoire afghane décisive
Changements territoriaux Nord de l’Inde
Belligérants
Flag of the Maratha Empire.svg Empire marathe Flag of Herat until 1842.svg Empire Afghan
Commandants
Sadashivrao Bhau, Ibrahim Khan Gardi Ahmad Shâh Durrani,
Najib-ud-Daula,
Shuja-ud-Daula
Forces en présence
40 000 cavaliers
15 000 soldats d’infanterie,
15 000 Pindaris accompagnés par 200 000 non-combattants
200 pièces d’artillerie
41 800 cavaliers
38 000 soldats d’infanterie
10 000 reservistes,
4 000 hommes de la garde royale
5 000 Qizilbash ainsi qu’un nombre important de soldats irréguliers
130 canons,
Pertes
40 000 hommes 35 000 hommes
Empire marathe contre L'Empire Afghan
Coordonnées 29° 23′ 24″ N 76° 58′ 12″ E / 29.39, 76.9729° 23′ 24″ Nord 76° 58′ 12″ Est / 29.39, 76.97  

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Troisième bataille de Panipat.

La troisième bataille de Panipat a eu lieu le 14 janvier, 1761 à Panipat (État d’Haryana, Inde), située 130 km au nord de Delhi. La bataille opposa les forces des Marathes, soutenues par les Français[1] à la cavalerie légère des Afghans dirigés par l'Empereur Ahmad Shâh Durrani, se terminant par la défaite de l'armée marathe.

Contexte[modifier | modifier le code]

Nobles de l'Empire Afghan.
Soldat marathe.

Le déclin de l’Empire moghol amorcé à la fin du règne d'Aurangzeb, permit l’essor du territoire de la confédération des Marathes dans le Dekkan. Les velléités d'expansion vers le Nord de l'Empire marathe préoccupèrent un certain nombre de leurs voisins, parmi lesquels le premier Empereur afghan Ahmad Shah Durani. En 1758, les Marathes s'emparèrent de Lahore et en chassèrent Timour Shah Durrani, fils d'Ahmad Shah. En 1759, ce dernier leva une armée parmi les tribus pachtounes et baloutches. Les Marathas, commandés par Sadashivrao Bhau et le Peshwâ Bâlâjî Râo, rassemblèrent en réponse une armée de 100 000 hommes qui leur permit de marcher sur Delhi, la capitale moghole. Une série d’escarmouches se succédèrent alors le long des rives de la rivière Yamuna à Karnal et Kunjpura 29° 42′ 57″ N 77° 04′ 49″ E / 29.71583, 77.08028 et donnèrent lieu à un siège de deux mois mené par l'Empereur afghan contre les Marathes.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le site précis de la bataille demeure controversé chez les historiens. La bataille impliqua 125 000 hommes durant plusieurs jours. Le nombre des pertes de chaque côté, compris entre 40 000 et 60 000, et plus encore le nombre de blessés et de capturés, sont aussi incertains. L’armée de Durrani victorieuse fit torturer et exécuter bon nombre de généraux marathes.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Cette bataille mit fin à l'avancée de l'Empire marathe et permit la brève restauration de l'Empire moghol. De façon plus indirecte, cette bataille ouvrit la voie aux Britanniques dans leur colonisation de l’Inde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maratha Confederacy », Encyclopedia Britannica (consulté le 2007-08-11)

Voir aussi[modifier | modifier le code]