Transport de troupes Kangaroo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kangourou (homonymie).
Kangaroo
Un M7 Priest Kangaroo de la 209e Batterie automotrice, Royal Artillery, près de Conselice, (Italie) le 13 avril 1945
Un M7 Priest Kangaroo de la 209e Batterie automotrice, Royal Artillery, près de Conselice, (Italie) le
Caractéristiques générales
Équipage 2 (+20 fantassins transportés)
Longueur 6,02 m
Largeur 2,87 m
Hauteur 2,95 m
Masse au combat 22 970 kg
Blindage et armement
Blindage coque:51 mm avant
Armement principal 1 Mitrailleuse Browning M2 de 12,7 mm (300 balles)
Armement secondaire Armes individuelles
Mobilité
Moteur Wright (Continental) R975 C1
Puissance 400 ch (299 kW)
Suspension ressorts verticaux en spirales
Vitesse sur route 40 km/h (24 en tout terrain)
Puissance massique 17,4 ch/tonne
Autonomie 193 km

Le transport de troupes Kangaroo est un véhicule de transport de troupes blindé développé durant la Seconde Guerre mondiale à partir du châssis d'un canon automoteur de M7 Priest. Conçu comme une réponse rapide au transport coordonné de l'infanterie et des blindés durant l’opération Totalize par le lieutenant général Guy Simonds pour les troupes canadiennes, ils se montrèrent si efficaces que les Britanniques et les Américains adoptèrent rapidement le concept. Leur habileté de manœuvre sur le front leur donnait un avantage majeur sur les tentatives antérieures de créer un transport blindé pour les fantassins. Ils sont l'ancêtre des transports de troupes modernes.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1944, le général Crerar, commandant la 1e Armée canadienne, était préoccupé par le problème de relève de ses troupes. Certaines troupes du lieutenant-général Guy Simonds, commandant du 2e Corps canadien, avaient utilisé des canons automoteurs M7 Priest lors du Débarquement de Normandie et il pensa les modifier pour transporter ses troupes afin de limiter les pertes. Ainsi sont nés les Kangaroos.

Les 102 M7 utilisés à Juno Beach par les régiments de trois divisions d'infanterie canadiennes n'était en effet plus nécessaires et avaient été remplacés par des canons tractés de type QP25 à la fin juillet 1944. Simonds chargea son atelier mécanique mobile nommé Kangaroo de les modifier en enlevant le canon et fermant l'ouverture pour celui-ci par un plaque soudée. Les Priests (prêtres) ainsi défroqués reçurent le nom de Kangaroo. Ils firent leur début lors de l’Opération Totalize le et furent utilisés ensuite dans toutes les opérations pour libérer les ports de la Manche.

Les canadiens modifièrent également des chars Ram et Sherman M4. Le nom Kangaroo fut appliqué à tout char modifié de la sorte. Le personnel du 1e Escadron de transport blindé du Canada et du 49e Régiment de transport blindé, sous le commandement de la 79e Division blindé britannique (fameuse pour les Hobart's Funnies), opérèrent ces véhicules en Normandie. Les Priests, qui appartenaient aux forces américaines, furent retournée à leur propriétaire après la campagne.

Importance[modifier | modifier le code]

Un Kangaroo Churchill d'après-guerre

Durant la Seconde Guerre mondiale, les troupes d’infanterie mécanisée étaient transportées par des véhicules légers, souvent des Bren Carriers ou des autochenilles blindés M3. Leur performances étaient bien meilleures que les camions mais leur blindage moins importants que les chars d'assaut. Pour coordonner une attaque entre l'infanterie et les blindés, ils pouvaient suivre mais la protection aux troupes n'étaient pas suffisante. Ceci était particulièrement problématique pour les troupes canadiennes et britanniques dont les réserves étaient limitées. La solution pratique des Kangaroos lança le développement des véhicules de transport de troupes blindés qui s'est généralisé à toutes les armées depuis ce temps.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Battle for the Rhine 1944, 2005, Robin Neillands (chapitre 7, The Battle for the Scheldt)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]