Torņakalns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Torņakalns
Thorensberg (de)
Gare de Torņakalns.
Gare de Torņakalns.
Administration
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
pilsēta Riga
Priekšpilsēta Zemgale
Géographie
Coordonnées 56° 56′ 00″ N 24° 05′ 00″ E / 56.93333, 24.0833356° 56′ 00″ Nord 24° 05′ 00″ Est / 56.93333, 24.08333  
Superficie 321 ha = 3,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lettonie

Voir sur la carte Lettonie administrative
City locator 14.svg
Torņakalns

Torņakalns (en allemand : Thorensberg) est un voisinage (en letton : apkaime) de Riga, arrondissement de Zemgale (en letton : Zemgales priekšpilsēta), banlieue de l'aire urbaine (en letton : pilsēta) de la capitale. Située dans le quartier historique de Pārdaugava (littéralement de l'autre côté de la Daugava), Torņakalns se trouve sur la rive occidentale de la Daugava, le fleuve de la capitale lettone.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Torņakalns signifie littéralement la colline de la tour. Son nom vient de ce qu'une tour fortifiée se trouvait au bord de la Daugava au Moyen Âge, utilisée pour donner l'alerte dans Riga en cas de menace sur la cité, notamment de troupes ennemies s'apprêtant à traverser le fleuve. La tour n'existe plus aujourd'hui.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'apkaime de Torņakalns est bordé par les apkaimes de Āgenskalna, Vecpilsētas (la vieille ville), Salu (l'île), Ziepniekkalna, Atgāzenes et Bieriņu. Il est délimité par Bieķengrāvis, le pont de Salu, la rue Karlis Ulmanis (Kārļa Ulmaņa gatve), Viesītes iela, Ģimnastikas iela, dzelzceļš, dzelzceļa loks, la rivière Mārupīte, Māras dīķis, Mazais Arkādijas dārzs, Ojāra Vācieša iela, le boulevard d'Uzvara (Uzvaras bulvāris), Akmens tilts, et la Daugava.

Avec ses 3,21 km2, Torņakalns est un voisinage plutôt petit, représentant environ 2/5e de la superficie moyenne des autres apkaimes. Il intègre l'ancien faubourg ainsi que les constructions récentes de Bieķensala et de Mūkusala. Les limites de l'apkaime reprennent bien les anciennes limites du faubourg, quoique sa partie sud-est n'y soit pas historiquement rattachée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XIXe siècle, Torņakalns se constitue en faubourg de Riga. Par exemple, en 1852, un grand parc y est aménagé par l'autorité municipale de Riga, pour l'agrément des citadins. Ce parc deviendra le parc d'Arcadie. En 1919, les combats pour la prise de Riga font y rage lors de la guerre d'indépendance lettone[1].

En 1940, l'Union soviétique annexe la Lettonie et se lance dans des déportations massives de Lettons considérés comme des menaces pour le nouveau régime soviétique. Comme ce faubourg bourgeois accueillait bon nombre de personnes influentes, ces déportations se font au départ de la gare de Torņakalns. Les demeures sont pour bon nombre d'entre elles confisquées, pour être soit redivisées en petits appartements soit utilisées par des services publics, cliniques ou jardins d'enfants. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le service de chemin de fer entre Riga et Torņakalns est supprimée, après la destruction du pont ferroviaire sur la Daugava.

Après guerre, Torņakalns connaît un afflux de migrants, majoritairement des ressortissants des autres républiques soviétiques, réduisant ainsi la proportion de Lettons dans la population du quartier. Au sein de la RSS de Lettonie, le réseau ferré est électrifié, le réseau de tramways est étendu, les usines du complexe militaire et l'arsenal procurent l'emploi.

Après que la Lettonie a retrouvé son indépendance en 1991, de nombreux ressortissants des minorités non lettones quittent le pays, et les noms de rue de l'ère soviétiques sont supprimés. Un wagon de marchandise est installé à la gare de Torņakalns en mémoire des déportations staliniennes. Mais dans le même temps, le Mémorial de la victoire de l'armée soviétique, installé en 1985 au nord du voisinage par le régime soviétique, est conservé ; il demeure un symbole pour la minorité russe de la ville.

Dans le quartier, de nos jours, les principales zones commerciales sont l'Āgenskalns tirgus (marché d'Agenskalns) et la Vienibas Gatve. Après la période d'incertitude économique ayant fait suite immédiatement après l'indépendance, le voisinage a retrouvé son faste passé, redevenant une banlieue huppée aux magnifiques jardins, à quelques minutes du vieux Riga. La plupart des habitants de Torņakalns font l'aller-retour quotidien vers le quartier d'affaires en empruntant l'elektrichka (le RER local), dont le réseau est plutôt dense dans le voisinage.

Ambiance[modifier | modifier le code]

Torņakalns a été très tôt rattaché à Riga, riche faubourg constitué principalement de jardins et de grandes demeures. Il contraste avec les banlieurs de l'aire soviétique comme Zolitude et Ziepniekkalns. Le Mārupes parks (parc de la crique de Marie) entoure le Māras diķis (l'étang de Marie), autrefois bordé d'un moulin. La Mārupe (crique de Marie) se poursuit dans l'Arkādijas parks (parc d'Arcadie), où des travaux de paysagisme datant du début du XXe siècle ont apporté une touche d'exotisme à la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernst von Salomon, Les Réprouvés, Plon, p.76