Hypothèse de la vitre brisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Théorie de la vitre brisée)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Sophisme de la vitre cassée.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitre brisée.

L'hypothèse de la vitre brisée, souvent appelée théorie de la vitre brisée[1], à son tour également dite de la fenêtre brisée ou du carreau cassé, est une explication statistique mise de l'avant pour établir un lien direct de cause à effet entre le taux de criminalité et le nombre croissant de fenêtres brisées à la suite d'une seule fenêtre brisée que l'on omet de réparer. Ce paradigme[2], c'est-à-dire cet ensemble de notions et de réalités se rattache concrètement à la criminologie, et même reprise en sociologie de la déviance et en sociologie urbaine, voire en sciences sociales en général.

Il s'agit d'un concept ou plutôt d'une analogie, voulant que les petites détériorations que subit l'espace public suscitent nécessairement un délabrement plus général des cadres de vie et des situations humaines qui en relèvent. Souvent utilisée par les partisans de la tolérance zéro, ce principe est fondé sur l'exemple d'un édifice dont une vitre brisée n'est pas immédiatement remplacée. Partant, toutes les autres seront cassées peu de temps après parce que la première laisse entendre que le bâtiment est abandonné, ce qui constitue l'amorce d'un cercle vicieux.

Parfois, on utilise l'exemple de la voiture rayée pour illustrer le fait que celle-ci se fasse beaucoup plus rayer qu'une voiture n'ayant aucune rayure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Theory of the broken window
  2. Das "Broken-Windows"- Paradigma: kriminologische Anmerkungen zu einem neuen Präventionsansatz, Franz Streng, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fixing Broken Windows: Restoring Order And Reducing Crime In Our Communities, George L. Kelling et Catherine M. Coles, Free Press, 1998 (ISBN 978-0684837383).
  • (de) Das "Broken-Windows" - Paradigma: kriminologische Anmerkungen zu einem neuen Präventionsansatz, Franz Streng, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, 1999.
  • (en) Breaking Away from Broken Windows: Baltimore Neighborhoods and the Nationwide Fight Against Crime, Grime, Fear, and Decline, Westview Press, 2000 (ISBN 978-0813397580).
  • (en) Illusion of Order: The False Promise of Broken Windows Policing, Bernard E. Harcourt, Harvard University Press, 2005 (ISBN 978-0674015906).
  • (en) Pockets of Crime: Broken Windows, Collective Efficacy, and the Criminal Point of View, Peter K. B. St. Jean, University of Chicago Press, 2007 (ISBN 978-0226774992).