Stichopodidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Stichopodidae forment une famille de concombres de mer de l'ordre des Aspidochirotida.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce sont des holothuries massives, de section souvent angulaire. La face orale (le « trivium ») est plane, et couverte de nombreux podia alignés en trois rangées plus ou moins distinctes. Le tégument est épais, et souvent couvert de papilles et autres tuberculosités. La vingtaine de courts tentacules buccaux sont de type pelté, servant à ramasser le sédiment pour l'ingérer ; en conséquence, on les trouve principalement sur les fonds sableux et vaseux.

La plupart des genres sont tropicaux, mais certains sont adaptés à des eaux tempérées comme Apostichopus, Australostichopus, Isostichopus et Parastichopus[2].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Une vaste étude génétique de 2010[2] a confirmé la taxinomie établie précédemment sur des bases morphologiques, à l'exception de l'espèce Stichopus ellipes.

Liste des genres selon World Register of Marine Species (23 février 2014)[3] :

  • genre Apostichopus Liao, 1980 (8 espèces, Pacifique et Amérique)
  • genre Astichopus Clark, 1922 (1 espèce, Caraïbes)
  • genre Australostichopus Levin in Moraes, Norhcote, Kalinin, Avilov, Silchenko & Dmitrenok, 2004 (1 espèce, Nouvelle-Zélande)
  • genre Diploperideris Brandt, 1835 (1 espèce, nomen dubium)
  • genre Eostichopus Cutress & Miller, 1982 (1 espèce, Caraïbes)
  • genre Isostichopus Deichmann, 1958 (3 espèce, Amérique)
  • genre Neostichopus Deichmann, 1948 (1 espèce, Afrique australe)
  • genre Parastichopus Clark, 1922 (2 espèces, Europe)
  • genre Stichopus Brandt, 1835 (13 espèces, Indo-Pacifique)
  • genre Thelenota Brandt, 1835 (3 espèces, Indo-Pacifique)


Relations à l'Homme[modifier | modifier le code]

Comme toutes les holothuries, toutes les espèces de cette famille sont absolument inoffensives, et cette famille n'est pas pourvue de tubes de Cuvier ; cependant elles contiennent des toxines qui les rendent immangeables pour leurs prédateurs, à moins de leur faire subir une préparation culinaire appropriée.

Plusieurs espèces de cette famille sont ainsi comestibles, et font l'objet d'un important commerce en Asie du sud-est[4] ; les plus consommées sont Thelenota ananas, Apostichopus japonicus, Parastichopus californicus[4] et Parastichopus regalis (cette dernière étant présente en Méditerranée et consommée dans la cuisine catalane). Australostichopus mollis fait l'objet d'un élevage, ce que peu d'espèces d'holothuries tolèrent.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Maria Byrne, Frank Rowe et Sven Uthicke, « Molecular taxonomy, phylogeny and evolution in the family Stichopodidae (Aspidochirotida: Holothuroidea) based on COI and 16S mitochondrial DNA », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 56, no 3,‎ 2010, p. 1068-81 (DOI 10.1016/j.ympev.2010.04.013, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 23 février 2014
  2. a et b (en) Maria Byrne, Frank Rowe et Sven Uthicke, « Molecular taxonomy, phylogeny and evolution in the family Stichopodidae (Aspidochirotida: Holothuroidea) based on COI and 16S mitochondrial DNA », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 56, no 3,‎ 2010, p. 1068-81 (DOI 10.1016/j.ympev.2010.04.013, lire en ligne).
  3. World Register of Marine Species, consulté le 23 février 2014
  4. a et b (en) Steven W. Purcell, Yves Samyn et Chantal Conand, Commercially important sea cucumbers of the world, Rome, FAO Species Catalogue for Fishery Purposes No. 6,‎ 2012, 233 p. (ISBN 978-92-5-106719-2).