Steven E. Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Steven E. Jones est un physicien américain mormon[1] né en 1949. Ses travaux de recherche ont porté essentiellement sur la fusion catalysée par muons. À l'automne 2006, il a été relevé de ses fonctions d'enseignement au sein de la Brigham Young University. Le 20 octobre de la même année il a annoncé sa retraite. Il soutient la théorie selon laquelle le complexe du World Trade Center a été détruit à l'explosif lors des attentats du 11 septembre 2001[2],[3], hypothèse reprise dans les théories du complot. Il fait partie du mouvement Scholars for 9/11 Truth & Justice[4].

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Jones a tenté de reproduire la Fusion froide de Fleischmann et Pons et a déclaré : « Les résultats suggèrent qu’on ne peut pas exclure un phénomène de fusion, bien qu’il soit peu susceptible d’être exploitable pour la production d’énergie[5]. » Ceci lui a valu la colère de fusionnistes-froids[6], et le mépris d'antifusionnistes[7].

Mormon, donc croyant que Jésus-Christ a séjourné sur le continent américain après sa résurrection, il en aurait trouvé des preuves dans des vestiges archéologiques provenant des anciens mayas[8].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) CV
  2. (en) [PDF] Why Indeed Did the WTC Buildings Collapse ? « Pourquoi le WTC s'est-il effondré ? »
  3. (en) [PDF] Answers to Objections and Questions « Réponses aux objections et questions »
  4. (en) Site de Scholars for 9/11 Truth & Justice
  5. (en) « Physicists Debunk Claim Of a New Kind of Fusion », The New York Times, 3 mai 1989.
  6. « But Jones, the egocentric denier of excess heat claims from day one, apparently has learned nothing and still knows nothing about the process of science » dans un article du Infinite Energy Magazine sur la fusion froide mentionnant les contributions de Jones.
  7. « another scientist - a physicist named Steve Jones - turned out to be pursuing similar work » dans un article de WIRED Magazine traitant de la fusion froide mentionnant les contributions de Jones.
  8. (en) « Behold My Hands: Evidence for Christ's Visit in Ancient America ».