Satsuo Yamamoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Satsuo Yamamoto

Naissance 15 juillet 1910
Kagoshima, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès 11 août 1983 (à 73 ans)
Profession Réalisateur

Satsuo Yamamoto (山本 薩夫, Yamamoto Satsuo?) est un réalisateur japonais né le 15 juillet 1910 et décédé le 11 août 1983.


Carrière[modifier | modifier le code]

Yamamoto naît le 15 juillet 1910 dans la Préfecture de Kagoshima. Il abandonne l'Université Waseda pour rejoindre la Shochiku, où il débuta comme assistant pour Mikio Naruse et d'autres réalisateurs. Il suit ensuite Naruse lorsque celui-ci part pour les studios P.C.L., et devient réalisateur peu après que la compagnie ne devienne la Toho.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il réalise plusieurs films de propagande pour la Toho tout en étant un membre fervent du Parti communiste japonais. Après guerre, il participe à la controverse impliquant la Toho et se fait renvoyer.

Par la suite, il réalise des films indépendants fortement impliqués dans la réalité sociale de son pays. On le surnomme alors le « Cecil B. DeMille Rouge »

Trois de ses films, La Grande Tour blanche, Zone stérile et Le Col Nomugi/Vivre dans la joie ont remporté le Prix du film Mainichi.

Il meurt d'un cancer du pancréas le 11 août 1983 à l'âge de 73 ans.

Filmographie[1][modifier | modifier le code]

  • 1937 : La Demoiselle/Mademoiselle (Ojosan)
  • 1937 : La Mélodie de ma mère/Le Chant de ma mère I-II (Haha no Kyoku I-II)
  • 1938 : La Symphonie pastorale (田園交響曲, Denen kokyogaku), d'après le roman d'André Gide
  • 1938 : Journal de famille I-II (Katei nikki I-II)
  • 1939 : Un magnifique départ (Uruwashiki shuppatsu)
  • 1939 : La Ville (Machi)
  • 1939 : La Femme qui noue les rubans (Ribon o musubu fujin)
  • 1940 : Avec mon père le zéphyr (Soyokaze chichi to tomoni)
  • 1940 : La Promesse des sœurs (Shimai no yakusoku)
  • 1941 : Si l'on chante c'est le paradis (Utaeba tengoku)
  • 1942 : La Victoire des ailes (Tsubasa no gaika)
  • 1943 : Vent chaud (Neppu)
  • 1947 : La Guerre et la Paix (Senso to Heiwa); coréalisateur : F. Kamei
  • 1949 : Qui a fait cette femme? (Konna onna ni darega shita)
  • 1952 : Tempête sur Hakone (Hakone fuunroku)
  • 1952 : Zone de vide/La Vie de caserne (Shinku chitai)
  • 1954 : Quartier sans soleil (Taiyo no nai machi)
  • 1955 : Le Journal des acteurs ambulants (Ukigusa nikki)
  • 1956 : Avalanche (Nadare)
  • 1956 : Récit du tumulte d'un typhon (Taifu sodoki)
  • 1958 : La Veste rouge (Akai jinbaori)
  • 1959 : Le Chant du chariot (Niguruma no uta)
  • 1959 : Le Mur humain (Ningen no kabe)
  • 1960 : Bataille sans armes (Buki naki tatakai)
  • 1965 : Les Contes du voleur japonais (Nippon dorobo monogatari)
  • 1965 : La Chaise du témoin (Shonin no isu)
  • 1965 : L'Espion (Supai)
  • 1966 : Point de congélation (Hyoten)
  • 1966 : La Grande Tour blanche (Shiroi Kyoto)
  • 1967 : Le Faux Inspecteur (Nise keiji)
  • 1967 : L'Évasion de Zatoichi (Zatoichi royaburi)
  • 1968 : L'Usine aux esclaves (Dorei kojo)
  • 1974 : Une famille splendide (Karei naru ichizoku)
  • 1974 : Zone stérile (Fumo chitai)
  • 1979 : Le Col Nomugi/Vivre dans la joie (Aa Nomugi toge)
  • 1981 : La Ville des Asshii (Asshii tachi no machi)
  • 1982 : Le Col Nomugi II/Vivre dans la joie (Aa Nomugi toge II)

Références[modifier | modifier le code]

  1. in Tadao Sato, Le Cinéma japonais, collection cinéma/pluriel, éditions du Centre Georges Pompidou

Lien externe[modifier | modifier le code]