Tadashi Imai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Imai.

Tadashi Imai est un réalisateur japonais né le 8 janvier 1912 à Tokyo et mort le 22 novembre 1991.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un moine bouddhiste, Tadashi Imai effectue ses études à l'université de Tôkyô. Il interrompt bientôt celles-ci pour entrer au studio Jenkins-Osawa de Kyôto, où il devient assistant de Tamizo Ichida, puis de Nobuo Nakagawa.

Il réalise son premier film en 1937 L'École militaire de Numazu (Numazu heigakkô), achevé en 1939 à cause de la mobilisation de nombreux acteurs.

Durant la guerre, ses réalisations sont essentiellement des contributions à l'effort national et militaire du Japon, produites dans le cadre de la Toho.

Après 1945, il adhère, à nouveau, au courant marxiste, avec lequel il s'était lié à Tôkyô. Ses films s'inscrivent dans une optique démocratique. C'est avec Les Montagnes vertes/Les Montagnes bleues (Aoi sanmyaku) en 1949 qu'il commence à être remarqué. L'année suivante, Jusqu'à notre prochaine rencontre (Mata au hi made), histoire romantique inspirée de Romain Rolland et dans lequel fut révélé le talent d'Eiji Okada, impose sa personnalité.

Suite aux purges consécutives aux grèves de 1947-48, Imai est contraint de quitter la Toho. Désormais indépendant, il réalise Nous sommes vivants (Dokkoi ikiteru) en 1951, que beaucoup de critiques européens ont comparé au Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica. Ombres en plein jour (1956) est, sans doute, un de ses films les plus célèbres : traitant d'une affaire judiciaire qui défraya la chronique japonaise, Imai prenait la défense des individus accusés sans preuves suffisantes. Tadashi Imai obtient en 1963, l'Ours d'or au Festival de Berlin pour son film historique sur la société féodale japonaise, Contes cruels du Bushido (Bushidô zankoku monogatari).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]