Price Earning Ratio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PER.

Le Price Earning Ratio (PER, ou P/E) désigne un indicateur utilisé en analyse boursière ; il est également appelé « ratio cours sur bénéfices » (C/B), « multiple de capitalisation d'une société », « coefficient de capitalisation des résultats » (CCR), « multiple cours sur bénéfices », « coefficient de capitalisation des bénéfices ».

Le PER se calcule en divisant la capitalisation boursière par le résultat net, ou en divisant le cours d'une action par le bénéfice net par action ; généralement, ces opérations s'effectuent avec les données du dernier exercice annuel d'une entreprise, mais certains analystes financiers utilisent soit des données trimestrielles (PER glissant), soit des données prévisionnelles basées sur des anticipations de bénéfices (PER projeté).

Le PER permet d'évaluer la cherté d'un titre par rapport aux prix des titres de sociétés du même secteur : plus le PER est faible, plus l'action est considérée comme bon marché. Le PER peut aussi révéler les spéculations des investisseurs, qui anticipent une forte progression des bénéfices à venir : dans ce cas, plus le PER est élevé, plus l'augmentation espérée est grande.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les deux modes de calculs traduisent deux visions d'une même réalité :

  • d'une part, un PER de X indique qu'une société a une capitalisation équivalente à X fois ses bénéfices ;
  • d'autre part, un PER de X indique qu'il faudrait X années pour que les dividendes remboursent le coût d'achat de l'action (si les bénéfices futurs restaient constants et étaient intégralement distribués aux actionnaires).

Le PER peut donc être interprété comme une sorte de rendement inversé, entre le revenu « potentiel » de l'action et son prix ; attention : le rendement réel est obtenu en divisant le dividende par le cours de bourse ; ce rendement réel peut être très différent de celui anticipé après étude du PER : une entreprise peut par exemple choisir d'utiliser ses bénéfices pour faire des investissements plutôt que de les distribuer sous forme de dividendes.

Le PER doit être utilisé pour comparer des sociétés ayant des secteurs d'activité similaires. Théoriquement : plus le PER de l'action est faible, plus celle-ci a des chances de monter ; et quand deux concurrents ont des PER différents mais une croissance comparable, cela veut dire que l'une de ces entreprises est sur-évaluée (ou que l'autre est sous-évaluée).

Dans la pratique, ce rapport varie entre 5 et 40, avec parfois des extrêmes (bien plus bas ou bien plus hauts) qui dépendent du type d'entreprises (entreprise de croissance, défensive, cyclique, en crise, en déclin...), des phases baissières ou haussières de la bourse, de « modes boursières » concernant telle activité ou tel type de société (pouvant mener à une bulle spéculative), du cycle économique, de la place de cotation, etc. En somme, beaucoup d'interprétations sont possibles et il n'y a pas de valeur théorique idéale[1] ; le tableau ci-dessous n'est donc qu'indicatif et ne doit pas être utilisé comme seul guide :

Interprétations du PER (à titre indicatif seulement)
N/A Par convention, le ratio n'est pas défini pour une société sans bénéfice (division par 0 impossible) ou pour une société ayant subi des pertes (même s'il est mathématiquement possible de calculer un ratio négatif avec un « bénéfice négatif »).
0 à 10 L'action est sous-évaluée ou les bénéfices de la société sont supposés être bientôt en déclin.
10 à 17 Pour la majorité des sociétés, un ratio se situant dans cette tranche est considéré comme bon.
17 à 25 L'action est surévaluée ou il y a croissance des profits depuis les dernières annonces.
Plus de 25 Il est probable que de forts profits soient attendus dans le futur, ou l'action fait l'objet d'une bulle spéculative.

Limites[modifier | modifier le code]

La simplicité d'utilisation du PER ne doit pas occulter ses limites :

Exemple[modifier | modifier le code]

Une société possède un capital composé de 10 millions d'actions cotant chacune 100 euros, et réalise un bénéfice net de 50 millions d'euros. La capitalisation boursière de la société est alors de 1 milliard d'euros (10 000 000 × 100), et le bénéfice par action est de 5 euros (50 000 000 / 10 000 000). Le PER de la société est de 20 (1 milliard / 50 millions, ou 100 / 5) ; la société vaut donc en bourse 20 fois son bénéfice estimé pour l'année, et l'acheteur d'une action peut théoriquement espérer se rembourser en 20 ans, si l'entreprise distribue tous ses bénéfices et que ceux-ci restent stables.

L'année suivante, le résultat net double et passe à 100 millions d'euros : le PER est divisé par deux et passe à 10. Pour l'investisseur, la capacité théorique de remboursement du prix d'achat d'une action a doublé.

L'année suivante, une augmentation de capital fait augmenter d'un quart le nombre de titres en circulation : la capitalisation de l'entreprise augmente alors d'un quart, tout comme le PER, qui passe à 12,5. Le PER reste inférieur à 20 et l'investissement parait toujours rentable, mais l'investisseur peut décider d'étudier les raisons de cette augmentation de capital.

Le PER varie donc en fonction du nombre de titres cotés, des bénéfices réalisés, et de la variation des cours de bourse, tous soumis à des aléas difficilement prévisibles sur le long terme.

Ratios dérivés[modifier | modifier le code]

PEG[modifier | modifier le code]

Le PEG, ou Price/Earnings to Growth ratio, est obtenu en divisant le PER par le taux de croissance des bénéfices par action. Cette anticipation de croissance des profits permet de relativiser l'importance d'un PER pouvant paraître élevé.

PER ajusté[modifier | modifier le code]

Le PER ajusté désigne le PER calculé avec le résultat net dont on a retiré les éléments exceptionnels ; ceci permet de lisser l'évolution du PER.

PER relatif[modifier | modifier le code]

Le PER relatif permet de comparer le PER d'une entreprise avec le PER moyen du marché ou du secteur de l'entreprise. Un PER relatif inférieur à 1 peut indiquer une opportunité d'achat si aucune raison n'explique cette décote par rapport aux autres sociétés du secteur.

Taux de rendement implicite[modifier | modifier le code]

L'inverse du PER est parfois utilisé sous le nom de « taux de rendement implicite[2] ». Cela est censé faciliter la comparaison avec les rendements d'autres placements : par exemple, un PER de 20 correspondrait à un rendement bénéficiaire de 1 / 20 = 5 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les PER du CAC 40 affichent de fortes disparités, article de La Tribune publié en mai 2011.
  2. Il est dit implicite car c'est le résultat d'un calcul.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]