Pont Éric-Tabarly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pont Éric Tabarly)
Aller à : navigation, rechercher
Pont Éric-Tabarly
Image illustrative de l'article Pont Éric-Tabarly
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Localité Nantes
Coordonnées géographiques 47° 12′ 45″ N 1° 31′ 44″ O / 47.2125, -1.52888947° 12′ 45″ N 1° 31′ 44″ O / 47.2125, -1.528889  
Fonction
Franchit Loire
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont à haubans
Longueur 210,50 m
Portée principale 143,30 m
Largeur 27,40 m
Hauteur 57 m
Hauteur libre 5,25 m
Matériau(x) acier
Construction
Construction 2009-2011
Inauguration 17 juin 2011
Mise en service 19 juin 2011
Concepteur Setec Tpi
Architecte(s) Marc Barani
Maître(s) d'œuvre Marc Barani et Setec Tpi
Maître d'ouvrage Nantes Métropole
Entreprise(s) Victor Buyck Streel Construction

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont Éric-Tabarly

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Pont Éric-Tabarly

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Pont Éric-Tabarly

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Pont Éric-Tabarly

Le pont Éric-Tabarly est un pont routier qui permet de franchir la Loire (bras de la Madeleine) à Nantes, en France. Il relie l'île de Nantes au quartier de Malakoff/Pré-Gauchet. Il a été inauguré officiellement le 17 juin 2011, l'ouverture à la circulation a eu lieu le 19[1].

Construit entièrement en atelier à Eeklo, en Belgique par Victor Buyck Steel Construction, le tablier en acier a été acheminé en trois parties par la mer jusqu'à son emplacement. Les travaux de génie civil ont été réalisés par ETPO. L'architecte en est Marc Barani et la conception technique est assurée par Setec Tpi, société d'ingénierie spécialisée en ouvrage d'art et ayant notamment assuré la maîtrise d'œuvre du viaduc de Millau.

Il doit son nom à l'un des plus célèbres nantais, le navigateur Éric Tabarly, disparu en 1998 à l'âge de 67 ans en mer d'Irlande, attribué par le délibération du conseil municipal du 3 avril 2009[2].

Objectif de la construction[modifier | modifier le code]

Le franchissement de la Loire est générateur de difficultés de circulation ; de plus le fleuve forme une coupure urbaine entre les quartiers de Nantes qui la longe. La construction du pont répond à la volonté d'amélioration de la circulation à l'intérieur du périphérique nantais, et celle des déplacements entre quartiers, en l'occurrence entre le quartier Malakoff et l'île de Nantes. Le projet tient compte de trois contraintes : l'accessibilité à tous les modes de déplacement, la préservation des espaces naturels et le maintien des activités économiques liées au fleuve[3].

Chronologie du chantier[modifier | modifier le code]

En janvier et février 2009, une estacade provisoire de 62,50 m est mise en place sur la rive gauche. Une grue a ainsi pu être installée, et un batardeau métallique étanche a été empli de 1 600 m3 de béton, pour constituer la pile. Celle-ci a été coulée en trois sections, formant un ensemble de 16,20 m de hauteur à partir du socle rocheux sous le lit du fleuve[4].

Au printemps et été 2010, les trois tronçons du tablier arrivent sur le chantier, par voie fluviale[5]. Ils sont posés au fûr et à mesure des arrivées[6].

Le mât, support des haubans, est élevé le 7 juin 2010[7].

Les tests de charge, 14 camions de 38 tonnes, ont lieu les 20 et 21 janvier 2011[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

Il s'agit, au moment de son achèvement, du seul pont à haubans de l'agglomération nantaise. Pour répondre à la contrainte d'accessibilité, l'ouvrage ne présente qu'un faible dénivelé[9], inférieur à 4 %[10]. Permettant une circulation à double sens, il supporte quatre types de voie qui sont, de chaque côté depuis le centre : une voie destinée à accueillir les transports en commun à voie propre (le chronobus à l'ouverture, mais le busway ou le tramway pourraient y être installés), une voie pour automobiles[9], une voie cyclable et un trottoir piétonnier[10]. L'horizontalité du pont tranche avec la verticalité du pylône placé dans le prolongement de son unique pile[11], disposée, en fonction de l'étude menée sur le régime des courants de la Loire à cet endroit, plus proche de la rive gauche de celle de droite[3].

Caractéristiques techniques :

  • Pont en acier à tablier orthotrope
  • Pylône en acier[12]
  • Matériaux de construction : acier S355 et S460[réf. souhaitée], tablier réalisé en dalle orthotrope
  • Longueur : 210,50 mètres[13]
  • Largeur : 27,40 mètres (tablier)[13]
  • Hauteur du pylône unique : 57 mètres au-dessus du tablier[13]
  • Haubans MTP (Freyssinet)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article Ouest-France du 16 juin 2011
  2. « Délibération no 5 - Conseil municipal du 3 avril 2009 - Dénomination de voies publiques - Approbation », sur nantes.fr (consulté le 29 avril 2014).
  3. a et b Deschamps 2011, p. 57.
  4. Deschamps 2011, p. 75.
  5. « Un tronçon du tablier du futur pont Tabarly est arrivé par la Loire », sur ouest-france.fr,‎ 11 mars 2010 (consulté le 18 janvier 2014)
  6. « Le deuxième tronçon du pont Eric-Tabarly est posé », sur ouest-france.fr,‎ 19 mai 2010 (consulté le 18 janvier 2014)
  7. « Un tronçon du tablier du futur pont Tabarly est arrivé par la Loire », sur urbanews.fr,‎ 7 juin 2010 (consulté le 18 janvier 2014)
  8. « 14 camions de 38 tonnes sur le pont Eric Tabarly », sur ouest-france.fr,‎ 20 janvier 2011 (consulté le 18 janvier 2014)
  9. a et b Deschamps 2011, p. 33.
  10. a et b Deschamps 2011, p. 34.
  11. Deschamps 2011, p. 35.
  12. Deschamps 2011, p. 63.
  13. a, b et c Deschamps 2011, p. 58.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud Deschamps, Pont Éric-Tabarly, Paris, Archibooks - Sautereau éditeur,‎ 2011, 120 p. (ISBN 978-2-35-733-152-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :