Paresseux à gorge brune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Paresseux à gorge brune (Bradypus variegatus), nommé aussi Paresseux tridactyle de Bolivie[1], est une espèce de paresseux d'Amérique centrale et du Sud.

C'est l'espèce la plus répandue et la plus commune au sein du groupe, rencontré dans de nombreux types d'environnement différents, incluant les forêts sempervirentes et les forêts sèches et dans des zones naturelles hautement perturbées.

C'est un animal solitaire, qui se nourrit de feuilles de nombreuses espèces d'arbres.

La femelle de l'espèce est connue pour émettre un hurlement strident pendant la saison des amours, le célèbre "ay ay".

La fourrure du paresseux est brun-gris à beige et est très rêche et raide. Un paresseux possède une tête ronde pourvue d'un nez retroussé, de dents ressemblant à celles d'un cochon, et d'oreilles rudimentaires. Sa queue est très courte.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les paresseux tridactyles se rassemblent une fois par an pour s'accoupler avec un individu né au début de la saison sèche, le père part après l'accouplement. Les jeunes sont très petits et sans défense à la naissance. La progéniture s'accroche au ventre de la mère et la tète pendant environ cinq semaines, ensuite elle commence à manger de la nourriture solide. Après quatre mois environ, le bébé paresseux est complètement sevré. Au bout de six mois environ, le jeune commence à s'éloigner de sa mère. Une fois qu'ils sont capables de s'occuper d'eux-mêmes, généralement à l'âge de huit mois, les jeunes paresseux deviennent autonomes et se séparent de leur mère.

Biologie[modifier | modifier le code]

Comme toutes les autres espèces de Bradypus, Bradypus variegatus vit en position "hamac" accroché aux branches, ce qui a déplacé certains organes, comme le foie et l'estomac. Il est phyllophage et se nourrit presque exclusivement de feuilles. Cette façon de s'alimenter le rapproche des ruminants et comme eux son appareil digestif est compartimenté pour pouvoir mieux assimiler la cellulose. Néanmoins, le paresseux à gorge brune ne rumine pas et, de ce fait, sa digestion est très lente. Il ne défèque donc environ qu'une fois tous les dix jours, ce qui l'oblige à retourner au sol. Il perd ainsi presque 30 % de son poids en faisant ses besoins[2].

Ces animaux ont des durées de sommeil mesurées en captivité qui peuvent atteindre 15 à 16 h. Mais les mesures faites en liberté indiquent que les animaux vivant libres dorment un peu moins de 10 h : 9,63 heures en moyenne, mesurées sur 5 paresseux. On ignore les raisons des différences constatées entre animaux vivant en liberté et ceux vivant en captivité[3].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • B. v. boliviensis, Gray, 1871
  • B. v. brasiliensis, Blainville, 1840
  • B. v. ephippiger, Philippi, 1870
  • B. v. gorgon, Thomas, 1827
  • B. v. infuscatus, Wagler, 1831
  • B. v. trivittatus, Cornalia, 1849

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne.
  2. Article sur le paresseux sur krissnature
  3. [PDF] « Sleeping outside the box: electroencephalographic measures of sleep in sloths inhabiting a rainforest », un article de Niels C. Rattenborg, Bryson Voirin, Alexei L. Vyssotski, Roland W. Kays, Kamiel Spoelstra, Franz Kuemmeth, Wolfgang Heidrich et Martin Wikelski, publié en mai 2008 dans Biology letters, une publication internet de la Royal Society (l'académie des sciences britannique).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Chiarello & members of the Edentate Specialist Group (2006). Bradypus variegatus. Liste rouge de l'UICN 2006 sur les espèces menacées. UICN 2006. Les données comprennent une brève justification du classement de l'espèce en préoccupation mineure.
  • Louise H. Emmons and Francois Feer, 1997 - Neotropical Rainforest Mammals, A Field Guide.
  • Gardner, Alfred (November 16, 2005). in Wilson, D. E., and Reeder, D. M. (eds): Mammal Species of the World, 3rd edition, Johns Hopkins University Press, 100-101. ISBN 0-8018-8221-4

Sites de référence taxinomiques[modifier | modifier le code]