Papangue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le (ou la) papangue (Circus maillardi) est aussi appelé Busard de Maillard (nom Cinfo) ou Busard de la Réunion.

C'est le dernier rapace et le seul prédateur autochtone que l'on puisse trouver à la Réunion.
Le papangue est sur la liste rouge des espèces menacées[1] par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) éditée en septembre 2008.


Position systématique[modifier | modifier le code]

Autrefois sous-espèce du busard des roseaux (Circus aeruginosus), les formes vivant à Madagascar, aux Comores et à la Réunion ont été considérées comme formant une espèce différente (Circus maillardi). Aujourd'hui, on considère que les busards réunionnais constituent une espèce endémique de la Réunion (Circus maillardi), ceux de Madagascar et des Comores appartenant à une autre espèce (Circus macrosceles)

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom vernaculaire est d'origine malgache. Il dériverait de papangoet.

Il tire son nom spécifique de Maillard, l'auteur qui distingua cet oiseau des busards européens.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • créole réunionnais papangue ou papang.
  • français de la Réunion papangue mais aussi pieds-jaune.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure 50 à 53 cm de longueur (femelle plus grande que le mâle) pour une envergure de 110 à 150 cm (le plus grand oiseau de La Réunion) et une masse de 650 à 1500 g.

Le mâle est noir avec de grandes taches blanches et la femelle est brune.

Répartition[modifier | modifier le code]

Le papangue aime vivre dans les champs de canne, entre 500 m et 1 500 m d'altitude. On le retrouve aussi sur les hautes plaines à l'est et au sud de l'île. Il est rare dans les cirques de Cilaos et Mafate, sans doute en raison des persécutions dont il est encore l'objet.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit de rats, souris, jeunes tenrecs qu'il va talonner au sol et de tec-tecs, cardinaux et moineaux qu'il attrape au vol.

Les busards pratiquent les échanges de nourriture en vol, appelés passes par les admirateurs des oiseaux chasseurs. Le mâle lâche sa prise comme par mégarde avant même que sa compagne n'arrive jusqu'à lui. Cette dernière arrive à se saisir de la minuscule proie au prix d'une extraordinaire accélération puis d'une virevolte quelque cinq ou six mètres au-dessous du point de lâché. Il fouille tres souvent dans les poubelles.

Relations avec l'Homme[modifier | modifier le code]

Seul oiseau prédateur de l'île, le Papangue est aimé des Réunionnais de par sa position unique au sein de la faune Réunionnaise mais aussi de ses nombreuses associations à des légendes de l'île. L'animal est protégé depuis 1989.

Actuellement la population de cette espèce est d'environ 200 couples.

Informations complémentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IGN Magazine N°54 page 10

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :