Otto – Der Film

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Otto – Der Film

Réalisation Otto Waalkes
Xaver Schwarzenberger
Scénario Otto Waalkes
Bernd Eilert
Robert Gernhardt
Peter Knorr
Acteurs principaux
Sociétés de production Rialto Film
Ruessel Video & Audio
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Comédie
Sortie 1985
Durée 85 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Otto – Der Film est un film allemand réalisé par Otto Waalkes et Xaver Schwarzenberger, sorti en 1985.

Cette adaptation de spectacles de l'humoriste Otto Waalkes est le film germanophone le plus vu en Allemagne (depuis les débuts de la mesure de l'audience au cinéma en 1980). On estime le nombre de spectateurs à 14.5 millions (8.8 M en Allemagne de l'ouest, 5.7 à l'est)[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Des décombres flottent à la surface de l'eau. Soudain, d'une cuvette de WC, soudain apparaît Otto. Il nous explique vouloir raconter l'histoire de sa vie et les circonstances qui l'ont amené à cette situation.

Otto grandit en Frise orientale sous l'aile de sa mère parfois trop attentive, jusqu'au jour où il se décide à tenter sa chance dans la grande ville. Il demande conseil à Shark, un usurier graveleux, qui laisse au naïf Otto un capital de départ contre un contrat douteux. Otto signe sans regarder le contrat après que Shark lui a conseillé de ne pas lire les petits caractères, ce qui lui ferait mal aux yeux.

Habitant une chambre de bonne au dernier étage et avec une auto peu solide, il créé sa société, "OSSI" alias "Ottis Super-Service International", dont le but est qu'il donne ses idées à ceux qui n'en ont pas. Son premier client arrive très vite : un patron a des problèmes avec des springboks qu'il veut transférer par bateau d'Allemagne en Afrique. Pour enlever son inquiétude que les animaux sautent par-dessus bord, Otto a une réponse sous le coude : les springboks seront maintenus au sol avec des seaux de ciment au bout des pattes. Il part chercher le matériel nécessaire à un chantier de construction. Dans le même temps, le millionnaire jet-setteur Ernesto et sa fiancée Silvia viennent voir les travaux de leur future maison. Silvia chute mais est récupérée par Otto qui tient un sac de ciment. Otto, qui se croit accusé, s'enfuit. De retour chez lui, Shark vient lui réclamer 9 876,50 Deutsche Marks, conformément aux petits caractères du contrat, qu'Otto n'a naturellement pas. Shark lui accorde un délai.

Silvia se révèle bientôt être la fille de l'inaccessible Konsulin von Kohlen und Reibach[2], une aristocrate fortunée. Otto y voit cela l'opportunité d'obtenir le montant nécessaire à payer, et accepte l'invitation à une réunion dans la villa aristocratique. Un peu plus tard, Otto voit à l'intérieur des choses comme la bague d'Ernesto ou un trophée de chasse valant exactement 9 876,50 DM. Mais l'ange de sa bonne conscience et le diable de sa mauvaise conscience apparaissent pour le convaincre puis se disputent et se battent, Otto s'agite alors comme un fou, Konsulin demande qu'on vire le sauveur de sa fille. En fait, Otto est amoureux de Silvia et n'a pas voulu lui montrer qu'il pouvait être un voleur. Il lui fait une déclaration d'amour d'après un livre de conseils mais se prend un énorme râteau. Il récupère la récompense pour son sauvetage, une bouteille de vin luxueuse qu'il partage avec un clochard, sans se rendre compte qu'elle est estimée à la hauteur de sa dette.

Otto se relève à nouveau et décide, après s'être échappé sous le nez de l'usurier Shark, de commencer une nouvelle vie avec Silvia. Il se retrouve dans un braquage mené par les gangsters Sonnemann et Haenlein, qu'il conseille d'après ses notes personnelles de prendre dix fois la somme qui lui est réclamée, soit 98 765 DM. Il voit Silvia et sa mère dans un salon de coiffure et se fait pour passer pour un coiffeur afin d'avoir une conversation. Il apprend alors qu'elles vont prendre l'avion pour aller dans la résidence secondaire d'Ernesto à Rio de Janeiro. Otto se faufile secrètement à bord du vol, où il reconnaît parmi les passagers Sonnemann et Haenlein. Lorsque Interpol avertit le commandement de leur présence à bord, les braqueurs assomment l'équipage et détournent l'avion. Otto parvient à les neutraliser et prend les manettes du Jumbo Jet. Dans la panique générale, Otto et Silvia se retrouvent ensemble, Ernesto leur avoue qu'il est en fait un imposteur fauché prénommé Harald. Otto tente ensuite de poser l'avion sur un porte-avions qu'il croit être la piste de l'aéroport de Rio - d'où tous ces débris qui flottent sur la mer.

Otto et les autres survivants de l'accident trouvent refuge sur une île isolée peuplée par les Karneval. Otto et Silvia se mettent en couple.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. InsideKino – Besucher deutscher Filme in Deutschland
  2. En français : "Consule du fric et du profit"

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]