Église Notre-Dame-des-Vents

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Notre-Dame des Vents)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Notre-Dame et Notre-Dame.

49° 21′ 09″ S 70° 12′ 55″ E / -49.3525, 70.21528 L'église Notre-Dame-des-Vents (ou Notre-Dame-du-Vent) est l'église de Port-aux-Français dans les îles Kerguelen. Elle est considérée comme l'église française la plus australe.

Elle a été construite de 1957 à 1958 sous la férule d'un prêtre-ouvrier, le père André Beaugé[1] et domine la base, soumise aux vents violents de l'Ouest. Son architecture est sobre et dépouillée. Petit bâtiment en ciment, de forme rectangulaire, blanc à toit plat ; elle aurait été construite selon le nombre d'or[réf. souhaitée]. Des vitraux assez étroits, de forme rectangulaire ceinturent la partie haute du bâtiment et devant l'entrée, une structure de piliers en béton est surmontée d'une croix.

Une statue de la vierge et l'enfant, connue aussi sous le nom de « Vierge des phoquiers » se trouve entre l'église et le bord de l'eau. Œuvre fut sculptée dans les années 1950 par Félix Férioli (1878-1963) dans une poutre de chêne récupérée sur un bâtiment ancien de Gisors dans l'Eure. Elle mesure 68 cm de hauteur et elle émerge d'un socle taillé dans un rocher à même la masse de 15 centimètres de hauteur sur 6 centimètres. En 1958, Marc Péchenart, alors directeur de la SIDAP (Société Industrielle des Abattoirs Parisiens) nouvellement implantée à Port-aux-Français, acquit la statue auprès de la famille Férioli, dont il était un ami, et offrit l'œuvre au tout nouveau territoire des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), en souvenir de son mariage avec Martine Raulin célébré quelques mois plus tôt, le 16 décembre 1957, sous le hangar de la société dirigée par son époux[2]. Le jour même de la cérémonie Mme Péchenart devint la marraine du futur sanctuaire dont elle posa la première pierre[3],[1].

La présence de personnels contractuels réunionnais travaillant à la station, réputés pour être des catholiques très pratiquants, permet de maintenir une activité religieuse régulière[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chapelle Notre-Dame des Vents sur lafrancedesclochers.clicforum.com
  2. « Ça vous dirait, le Sud ? » surkerguelen.blogs.liberation.fr
  3. a et b « Des papous moins farouches et des pachas sans harem » - Le lieu du jour par Sophie Lautier

Lien externe[modifier | modifier le code]