Nombrilisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nombrilisme est une façon de penser égocentrique. C'est aussi une théorie qui fait référence à soi ou indirectement à soi (par exemple en la centrant sur le milieu social, culturel, ethnique, etc. auquel on se sent lié) en ne restant pas objective.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • « Je suis le plus beau. »
  • « L'homme est l'être le plus intelligent de l'univers. »
  • « Il n'y a que les hommes qui... »
  • « Paris est la capitale intellectuelle du monde. »
  • « Moi [personnellement] [à mon avis] [pour ma part], je pense que... »
  • « En France, nous pensons toujours bien. »

Poussée à l'extrême, la vision égocentrique débouche sur le solipsisme, comme le suggèrent ces citations extraites du Trésor des paradoxes de Philippe Boulanger et Alain Cohen (Éditions Belin, 2007) : Unus sum et multi in me (« Je suis un, mais beaucoup sont en moi », Zénon d'Élée) ; « On n’est pas seul dans sa peau » (Henri Michaux) ; « J’ai envie d’ouvrir la fenêtre pour me voir passer dans la rue » (Gérard Lenorman).

Dans le film de Vicente Minnelli, Un Américain à Paris, un pianiste au chômage rêve qu’il incarne à lui seul tous les musiciens d’un grand orchestre et tout le public.

Articles connexes[modifier | modifier le code]