Rosny-Rail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rosny-Rail
Entrée du musée dans la cour de la gare
Entrée du musée dans la cour de la gare
Informations géographiques
Pays France
Ville Rosny-sous-Bois
Adresse Gare de Rosny-sous-Bois
Coordonnées 48° 52′ 14″ N 2° 29′ 08″ E / 48.870551, 2.485448 ()48° 52′ 14″ Nord 2° 29′ 08″ Est / 48.870551, 2.485448 ()  
Informations générales
Collections Chemin de fer
Informations visiteurs
Site web http://www.rosny-rail.fr

Rosny-Rail est un musée ferroviaire installé en gare de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Il s'agit d'une antenne de la Cité du train de Mulhouse qui est gérée par une équipe de bénévoles.

Le musée s’articule autour de différents thèmes : l'histoire du chemin de fer, la voie, la signalisation, le matériel roulant, etc. Une douzaine d'espaces ont été aménagés selon un découpage thématique et chronologique des grandes fonctions ferroviaires de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours[1].

En plus de la simple visite, les visiteurs peuvent s’essayer à la conduite d'un train sur un réseau miniature grâce à une cabine de conduite reconstituée, et effectuer une petite balade à bord d'une draisine à moteur ou à bras.

Le hall de gare[modifier | modifier le code]

Le guichet

L’entrée du musée est la reconstitution d’un hall de gare rurale des années 1930, avec son guichet en bois et sa bagagerie. La salle d’attente possède un poêle à charbon. On y trouve également une balance pour les colis, des malles et des valises prêtes à être expédiées ainsi que des affiches.

La voie ferrée[modifier | modifier le code]

Après la bagagerie, c’est la voie qui est évoquée à l’aide de coupons de rail récupérés dans la gare à la suite de travaux d’entretien. Sont présentés également de nombreux outils de cantonnier datant pour la plupart du début du XXe siècle.

La signalisation[modifier | modifier le code]

Carré à damier type PLM

Pour pouvoir être exploitées en toute sécurité, de tout temps les lignes ferroviaires ont été équipées de signaux tout comme le sont les routes.

Le musée en possède une grande collection, la plupart de type mécanique. Des panneaux explicatifs présentent le rôle de chacun d'entre eux. Néanmoins, les plus imposants et insolites sont exposés à l’extérieur du musée comme ce carré à damier de la compagnie PLM qui date des années 1860.

Le musée présente un poste d'aiguillage de type Vignier en provenance de la région de Moulins-sur-Allier, construit par la compagnie PLM. Il a été entièrement démonté puis remonté sur place au musée.

La conduite des trains[modifier | modifier le code]

Pour initier les visiteurs à la conduite des trains, une cabine de conduite d'une ancienne rame de banlieue a été reconstituée. Elle permet de piloter un train sur un réseau miniature.

La cabine de conduite reconstituée

Le matériel roulant[modifier | modifier le code]

Du matériel roulant est conservé à l’extérieur, que les bénévoles s’efforcent de préserver.

Le locotracteur à accumulateur[modifier | modifier le code]

Le locotracteur électrique

Ce locotracteur électrique, construit en 1930 par la compagnie AEG, a été utilisé jusqu’en 1990 pour la manœuvre de wagons de fret dans des entrepôts industriels de La Plaine Saint-Denis au nord de Paris.

La vraie particularité de cet engin vient du fait qu’il fonctionnait avec des moteurs électriques alors que la plupart des locotracteurs fonctionnent avec des moteurs diesel.

La forme particulière de ses capots n’est pas sans rappeler celle des locomotives « Boîtes à sel » mises en service par la compagnie Paris-Orléans vers 1900 sur le tronçon reliant les gares d'Austerlitz et d'Orsay.

Sous chaque capot, se trouvaient les batteries (4 tonnes en tout) permettant d’alimenter les moteurs de traction.

Cet engin a été récupéré par l'association Rosny-Rail en 1997 et est actuellement en attente de restauration. Il existe un autre engin du même type ayant été sauvegardé par le Chemin de Fer touristique de la Vallée de l’Eure (CFVE) à Pacy-sur-Eure.

La draisine à moteur[modifier | modifier le code]

La draisine à moteur

Cette draisine est issue de l’assemblage d’un châssis d’une draisine de 1950 avec une caisse (cabine) d’une draisine de 1965.

Le pupitre de conduite est positionné au centre de la cabine de façon à ce que le conducteur puisse voir dans les deux sens de marche.

Ces engins étaient utilisées pour transporter les ouvriers de la voie avec leurs outils. Celle-ci a effectué sa carrière sur la région de Paris-Est ; elle était affectée au dépôt de Noisy-Le-Sec jusqu’aux milieu des années 1990. Elle fut retirée du service actif en raison de sa vitesse limitée à 60 km/h et de sa plate-forme arrière trop étroite.

Elle aussi a été récupérée en 1997 alors qu’elle était destinée à être exposée comme monument (familièrement : pot de fleur) dans la cour de son dépôt d’attache.

La draisine à bras[modifier | modifier le code]

La draisine à bras (Lorry)

La draisine à bras surnommée « Lorry » a été importée par les armées américaines et britanniques lors de la « Grande Guerre », afin de transporter les officiers sur les lignes proches du front.

Ces engins ont été par la suite utilisés pour l’inspection des voies et le transport des équipes de cantonniers avec leur petit matériel. Ils furent retirés du service à cause de l’arrivée des draisines à moteur dans les années 1930.

Le châssis de cette draisine a été retrouvé en gare de Questembert, dans le Morbihan. Rapatrié à Noisy-Le-Sec, les membres du Club Ferroviaire Noiséen ont entrepris la reconstruction du châssis en bois et du système de propulsion avec l’aide du service mécanique du triage de Noisy-le-Sec. Après quinze jours de travail, l'engin était prêt pour sa première expédition de 30 km en Côte d’Or, de Recey-sur-Ource à Châtillon-sur-Seine.

Ce Lorry a effectué plusieurs sorties avec l’autorisation des services compétents de la SNCF sur des lignes fermées à tout trafic, notamment sur la Petite Ceinture de Paris.

Le 24 août 1997, il a participé à un concours de vitesse sur rail, organisé à Laupen (Suisse) par l'association « Futurebike », une association ayant pour but de promouvoir les engins motorisés par la force musculaire. Seul inscrit dans la catégorie « Engin historique », cette draisine a atteint sur 200 m une vitesse moyenne de 26,770 km/h (record toujours invaincu à ce jour).

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site france vue du train, Rosny Rail lire et voir en ligne (consulté le 31 janvier 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]