Mohammed Berrada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mohamed Berrada et Berrada.

Mohammed Berrada (محمد برادة) , ou Muhammad Baradah, né à Rabat en 1938, est un romancier, critique littéraire et traducteur marocain arabophone. Il est considéré comme le chef de file du roman moderne marocain.

De 1976 à 1983 il est président de l’Union des écrivains marocains. Il enseigne la littérature arabe à la faculté des lettres de l’université Mohammed-V à Rabat. Il est membre du Conseil scientifique du magazine "Prologue", Revue Maghrébine du Livre[1].

Mohammed Berrada a appartenu au courant littéraire qui a expérimenté de nouvelles techniques d’écriture (appelé "attajrib" au Maroc (expérimentation)). Le texte néglige l’intrigue romanesque et s’écrit par tableaux, scènes, réflexions, portraits... Dans le domaine de la langue, on note un important recours aux dialectes, tel le Fassi (dialecte de Fez), ainsi qu'aux jeux de mots et allusions.

Berrada est marié depuis 1978 avec Leila Shahid, ambassadeur de la Palestine auprès de l'Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le théâtre au Maroc : tradition, expérimentation et perspectives (Presses Universitaires du Septentrion, 1998)
  • Lumière fuyante : La relation d’un peintre avec deux femmes de génération différentes, la mère et la fille. (Actes Sud, 1998)
  • Le Jeu de l’oubli : Le récit d’un intellectuel sur sa vie, de l’enfance à l’âge adulte dans le Maroc du milieu du XXe siècle. (Actes Sud, 1993)
  • Comme un été qui ne reviendra pas : Souvenirs d'étudiant pendant l'été 1956 au Caire (Actes Sud, 2001)
  • Vies voisines (Actes Sud, 2013)
  • Dirāsāt fī al-qiṣṣah al-ʻArabiyah : Waqāʼiʻ nadwat Miknās (Bayrūt : Muʼassasat al-Abḥāth al-ʻArabiyah, 1986.)
  • Imraʼat al-nisyān : riwāyah (Casablanca: Nashr al-Fanak, 2001.)
  • Faḍāʼāt riwāʼīyah (Rabat: Wizārat al-Thaqāfah, 2003.)
  • Siyāqāt thaqāfīyah: mawāqif, mudākhalāt, marāfi (Rabat: Wizārat al-Thaqāfah, 2003.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]